Publications de Paul Dur (14)

RTT : Rétrospection Tardive de Tchéquie

 

2 mois plus tard, après mon retour en France, les souvenirs se bousculent dans ma tête, j'y repense donc régulièrement, un peu de nostalgie forcément, mais je suis content d'avoir retrouvé ma France natale. Je corresponds encore avec quelques amis tchèques, et replonge dans mes photos de temps à autres.

La République Tchèque fut très intéressante en terme de rencontre interculturelle, de remise en question de soi, d'ouverture d'esprit et bien d'autres expériences sociales.

Beaucoup de valeurs, de compétences, de savoir-être, savoir-faire a été acquis au cours de cette immersion au sein de ce pays, de ma structure, j'en suis très reconaissant.  J'ai une idée plus précise de mon projet personnel, mon avenir se dessine doucement...

Un petit récapitulatif des différentes vues durant mon stage, vous avez les images mais pas le son, ni les odeurs, mais je laisse carte blanche à votre imagination !

Encore une fois merci de m'avoir suivi, j'espère vous avoir fait voyager autant que moi.

 

3642563788?profile=RESIZE_710x

2743765361?profile=RESIZE_710x

2743722974?profile=RESIZE_710x

 

2666237413?profile=RESIZE_710x

2976772742?profile=RESIZE_710x

 

3642542786?profile=RESIZE_710x

Lire la suite...

La fin fait partie du voyage

Je le sens déjà, le retour approche à grands pas. Je profite de ces derniers instants en République tchèque, où les températures sont plus clémentes qu'en France actuellement. Mes dernières journées oscillent entre les comptages entomologiques dans les prairies alpines du Krkonoše et les travaux forestiers. Dernièrement nous luttons contre un terrible ravageur de conifères...

3381068864?profile=RESIZE_710x

Ici un Dectique verrucivore ( Decticus verrucivorus ) une sauterelle typique des pelouses montagnardes. C'est une espèce Eurasienne mais en régression un peu partout à cause de l'agriculture intensive, au Royaume-uni elle est menacée d'extinction. La population Tchèque se porte bien fort heureusement. 

Plus haut j'évoquais un "ravageur", ce n'est autre qu'un minuscule coléoptère, long de 2mm. Le Scolyte typographe (Scolytus scolytus) pond sous l'écorce des arbres et les larves se nourrissent de la sève de l'arbre, ce qui entraîne bien souvent la mort de l'arbre. Les arbres ciblés sont souvent des individus mourrants ou dépérissants,ou encore atteint d'une maladie ou déshydratés, car les arbres émettent dans ces deux derniers cas, des hormones de stress (phytohormones) pouvant être perçues par les scolytes. 

3381140731?profile=RESIZE_710x

Un aperçu des dégâts causés sous une écorce, notez les galeries caractéristiques qui lui ont valut le nom de Scolyte "typographe". Les larves blanches sont bien visibles. Les adultes sont noirs, ci-dessus, en voilà un :

3381149502?profile=RESIZE_710x

Un si petit insecte qui fait tomber des hectares de forêts ! Comment est-possible ? 

En temps normal le scolyte joue un rôle utile pour la régénération naturelle en forêt. Des successions de canicules et d'étés chauds et secs suivant des hivers anormalement doux semblent l'avoir favorisé dans tout l'hémisphère Nord. La monoculture d'épicéas étant monnaie courante en Tchéquie, j'ai déjà exposé le problème de ces monocultures précédemment, mais voici un problème que je n'avais pas évoqué. 

Des programmes d'abattage d'arbres malades ont donc été encouragés dans le parc national. Une fois les arbres tombés, nous les écorçons afin que les scolytes ne se précipitent pas dessus pour pondre sous l'écorce. Des pièges à phéromones ont également été disposés un peu partout.

3381159446?profile=RESIZE_710x

L'écorçoir est l'outil utilisé pour retirer l'écorce d'un arbre. Sur la gauche, un arbre très touché par le scolyte, d'apparrence sale. Sur la droite un arbre sain, blanc, plus "propre" abattu car présent dans une zone très en proie aux attaques de scolytes.

3381167565?profile=RESIZE_710x

Il est tellement petit, que vous n'avez pas bien du le voir, alors voici deux dessins réalisés par mes soins, en espérant que vous l'apprécierez mieux ;) 

 

 3381193680?profile=RESIZE_710x

Je pense que les deux prochains jours seront plus calmes que toutes les semaines qui sont à présent derrière moi ; j'ai rencontré de nombreuses personnes, visité bien des endroits et découvert des paysages magnifiques, je suis très reconnaissant pour tout ce qui m'a été donné de voir, d'avoir pu m'émerveiller devant la nature encore préservée de la main de l'Homme, des liens que j'ai pu tisser, mais à présent le voyage s'achève, j'ai bien profiter de chaque moment et je ne peux que ressortir grandit de cette expérience.

Merci de tout coeur d'avoir suivit mes aventures, ce fut un réel plaisir pour moi. Je posterais sûrement une dernière fois une fois rentré en France. 

C'est en voyageant que j'ai appris le plus. Je compte bien continuer d'ailleurs... De voyager comme d'apprendre !

Lire la suite...

Stratégies évolutives et réactions en chêne...

Un magnifique Tabac d'Espagne, photographié hier en République tchèque, curieux non ? Argynnis paphia, de son nom scientifique, a une répartition paléarctique, c'est à dire qui couvre l'Eurasie tempérée, et l'Afrique du Nord. Il est largement répandu en Europe, y compris dans les îles méditerranéennes.

Ces derniers jours j'ai passé beaucoup de temps en forêt, afin de recenser les différentes espèces d'insectes que je pouvais rencontrer, dans différents types de boisements, de feuillus, de conifères, ou mixtes. Dans les allées forestières et les clairières, j'ai eu le plaisir d'observer régulièrement ce splendide papillon qu'est le Tabac d'Espagne.

 

3277528427?profile=RESIZE_710x

Ce magnifique quatuor, que je soupçonne être des Mélitées des digitales ( Melitaea aurelia ), se repose par un doux matin de Juillet, où les températures matinales encore fraîches n'ont pas bien aidées ces petits lépidoptères à se mettre en activité, ce qui m'as permis de m'approcher sans pour autant perturber leur repos. 

3277572685?profile=RESIZE_710x

Dans le titre vous avez du voir "réactions en chêne", c'est bien évidemment un jeu de mot, mais qu'ai-je voulu dire par là ? Il se trouve que les forêts jouent un rôle très important pour la planète, elles sont de véritables puits à carbone, et bien d'autres choses encore. L'être humain à su en tirer profit, de par l'exploitation forestière. Mais ce profit n'est bénéfique qu'aux humains ou presque, et très peu à la faune et la flore d'autant plus qu'elle est intensive.

Les conifères, ne poussent de manière naturelle et spontanée qu'à partir de 400 mètres d'altitude dans les monts des géants ( l'Epicéa commun étant le plus répandu ). Malheureusement, comme partout en Europe, la sylviculture l'a favorisé car il donne un bon bois, et est donc planté en monoculture. Cet artificialisation des forêts, affecte négativement l'environnement de plusieurs points de vue. En premier lieu les espèces de plus basse altitude comme le chêne justement, sont remplacées, car les parcelles forestières ont tendances à s'étendrent plus bas dans ces contrées montagneuses, les biocénoses (ensemble des êtres vivants coexistants dans un espace écologique donné et ayant des relations directes ou indirectes entre eux) sont donc perturbées, et fragilisées. 

Les Epicéas ont donc causés d'importants déséquilibres dans les forêts du Krkonoše, qui sont peu à peu "réparés"; à présent, des plans de gestion ont été mis en place ces dernières années, et après une coupe forestière d'épicéas, des plantations de feuillus sont privilégiées, ou du moins un ré-équilibrage (essentiel) est réalisé, et les paysages retrouvent alors peu à peu leur visage d'autrefois. Et les animaux et plantes inféodés aux forêts de feuillus font leur retour peu à peu. 

Un autre épisode funeste qui n'as pas aidé à la régénération des forêts, se produit dans les années 1900, peu après la révolution industrielle, les usines à charbon présentes en Allemagne et en Pologne, rejettaient de nombreuses fumées toxiques, dont les éléments nocifs étaient transportés par les vents.  Des pluies acides tombèrent alors sur les monts des Géants, et mirent à nu plusieurs centaines d'hectares de forêts. Le Parc national du Krkonoše est un des parcs nationaux qui a subit le plus de dégâts au monde tant le drame fut colossal.

3277614983?profile=RESIZE_710x

Passons à présent aux stratégies évolutives. L'une des plus fascinantes est le mimétisme. Cette stratégie est basée sur l'imitation, cela permet à des espèces d'échapper ou de tromper leurs prédateurs. Il en existe différents types, comme par exemple la Sauterelle cymbalière ( Tettigonia cantans ) que nous avons ci-dessus, on parlera de mimétisme cryptique ou d'homochromie. Cela consiste à ressembler par la couleur à l'environnement proche. Il apporte un avantage évolutif à son porteur. 

3277636909?profile=RESIZE_710x

Au premier abord ont pourrait croire voir une abeille ou une guêpe qui butine, mais regardez de plus près, or ce n'est ni une abeille, ni une guêpe.

C'est une syrphe ; des mouches imitant d'autres espèces d'hyménoptères (guêpes, frelons...)  C'est un déguisement qui est très réussit, représentant alors un risque pour le prédateur. Ce type de mimétisme s'appelle mimétisme Batésien. Une espèce inoffensive adopte l'apparence physique d'espèces nocives avec pour but d'éviter les prédateurs donc. Ce mimétisme est reconnu comme une nette réponse évolutive qui se retrouve dans de nombreuses parties du monde et touchant de nombreuses espèces animales.

3277672198?profile=RESIZE_710x

Ce lézard n'est autre qu'un lézard vivipare ( Zootoca vivipara ), et ce qui se trouve dans son ventre n'est pas son dernier repas, mais sa future progéniture, c'est une belle femelle. Comme son nom l'indique, ce lézard ne pond pas d'œufs mais donne naissance à des petits déjà formés !

Réellement, l'espèce est ovovivipare c'est à dire que les œufs incubent et éclosent dans le ventre de la mère. C'est une espèces d'altitude, succédant aux lézard des murailles, le fameux lézard de nos jardins. Ce reptile supporte mieux le froid que son cousin des murailles ; l'ovoviviparité représente une stratégie évolutive remarquable, cette incubation protégée permet de nombreux avantages : une impossibilité de la prédation des œufs, une absence de nid donc pas d'incident possible (piétinement, inondation...), et maintient constant des températures participant au bon développement des jeunes. Les inconvénients sont : une réduction importante de la mobilité de la femelle à cause des œufs stockés dans le tractus génital, et une éventuelle prédation de la femelle entraînant de facto la mort de sa descendance. 

Quoi qu'il en soit, le fait de se passer de devoir pondre ses œufs a permis à cette espèce de saurien de conquérir cette niche écologique, jusque là innocupée. Il est le seul lézard ici à vivre si haut en altitude. 

J'espère de tout coeur que cette thématique vous a plu, je vous dis à bientôt ; de mon coté, il me reste deux semaines ici, le retour approche à grand pas... 

Lire la suite...

Vous reprendrez bien un peu d'altitude ?

Chaque versant que j'ai jusque là "exploré", ( le mot est un peu fort :) mais je me prends au jeu ) est unique, du moins, chaque montagne a son lot de surprise et ses caractéristiques géomorphologiques, et naturelles bien à elle. Je vous expose ici des paysages bien verdoyants, mais il faut s'imaginer qu'en hiver la neige recouvre tout de par son blanc manteau, pouvant apparemment atteindre les 7 mètres de neige sur la plupart des monts voir 10 mètres ! Certains sapins n'ont plus de cime car ils croulent sous le poids de la neige, d'autres sont tout tordus.

3200094611?profile=RESIZE_710x

 

Les activités humaines ne sont pas toujours un avantage pour la Nature, de par le dérangement et tout ce qui s'ensuit... Néanmoins j'ai pu observer que de nombreuses colonies d'Hirondelles rustiques, et de fenêtres ( les 2 espèces les plus communes en Europe) faisaient leur nid et installées donc leur colonies sous les armatures en bois de la plupart des chalets et autres restaurant de haute-montagne, offrant sûrement une plus grande couverture thermique et une meilleure protection aux intempéries que les parois abruptes des falaises. 

3200246287?profile=RESIZE_710x

Hirondelle de fenêtre ( Delichon urbicum ) en pleine construction de son nid.

On entend souvent dire que lorsque les hirondelles volent bas la météo ne va pas tarder à se gâter mais savez-vous pourquoi ? Les Hirondelles et nos amis d'été les Martinets noirs, ces oiseaux au cri strident, suivent l'aéroplancton, ou plancton aérien, qui est l'équivalent du plancton marin.
Alors vous ne le savez peut-être pas mais en ce moment même au-dessus de vos têtes, des milliers de petits organismes activement mobiles se laissent passivement transporter par l'air, des jeunes araignées, des microalgues, des insectes, d'autres invertébrés, et bien d'autres.
Ce plancton est la base de la chaîne trophique des Hirondelles et Martinets, il est leur unique source de nourriture, car ce sont des oiseaux insectivores, incapables de se nourrir au sol, déjà que les hirondelles ne se posent au sol qu'exceptionnellement pour récupérer de la boue pour la fabrication du nid, les martinets eux sont dans l'incapacité de se poser, tant leurs pattes sont atrophiées. Ces oiseaux ont développés une adaptation au vol tel au cours de l'évolution, que les pattes ne servant quasiment plus, leur place ne s'en trouve donc que réduite. Tout ça pour dire que les oiseaux comme les Hirondelles ont su tiré profit des installations humaines, et leur présence témoigne de la bonne santé des prairies et landes de montagne.

 

3200421159?profile=RESIZE_710x

Martinets noirs ( Apus apus ) en vol, comme quasiment toute l'année, nichant dans les anfractuosités des bâtiments, sinon cette espèce est incapable de se poser de par le tel niveau d'atrophie de ses pattes, ( son nom scientifique "apus" signifie "apode", "sans pieds" littéralement ) et est même donc capable de voler en dormant ou de dormir en volant ... Ils peuvent atteindre une vitesse de 200 km\h, d'excellents voiliers donc.3200700487?profile=RESIZE_710x

L'Oseille ( Genre : Rumex ) sont des plantes de la famille des Polygonacées ( comprenant le sarrasin et la rhubarbe ), il y a plus de 200 espèces dans cette famille, mais ici dans les Monts des Géants, c'est Rumex alpinus ( les plantes aux larges feuilles vertes sur la photo ci-dessus, et les touffes brunâtres sont leur inflorescences ) qui nous pose problème, étant native, elle n'est pas invasive mais elle se révèle être très expansive et donc très problématique. 

Comme pour le Vératre blanc, nous effectuons donc dans de nombreux sites du Parc national des actions de fauchage, afin de réduire au maximum les effectifs, car la plante peut engendrer une concurrence trop forte sur les autres végétaux, comme le Compagnon rouge ( Silene dioica ) présent au 1er plan sur la photo.

 

Lire la suite...

Le petit peuple de l'Herbe

Les deux papillons, sont en pleine reproduction, c'est comme ça qu'elle se pratique la plupart du temps, dos à dos, abdomen contre abdomen. 

Ils appartiennent à l'espèce Lomaspilis marginata. C'est une espèce bivoltine ( Le voltinisme est le nombre de générations réalisées par une espèce en une année. Un mot réservé aux papillons ; bivoltin veut donc dire deux générations par an.), du moins plus au sud, car ici, les températures ne permettent qu'une génération par an. Les imagos (adultes) pondent (les femelles, je précise sait-on jamais), sur le saule, le peuplier ou encore le noisetier. L'éclosion a lieu 4 à 5 semaines après la ponte, les chenilles se nourrisent sur leur plante hôte, la nuit de préférence, se cachant sous les feuilles le reste de la journée, elles ont plus de prédateurs de jour.

3051987778?profile=RESIZE_710x

Ici, Helix pomatia, mais sûrement le connaissez-vous sous le nom d'Escargot de Bourgogne. C'est une espèce qui se porte très bien en République tchèque, elle affectionne les forêts, et les bosquets avec des sols calcaires. Les températures basses et une humidité élevée sont les conditions optimales pour cette espèce de Mollusque pulmoné.

Car peu de mollusques sont terrestres. Il y a très longtemps, avant l'Homme, avant le mammouth, et avant les dinosaures, un escargot aquatique est sortit de l'eau, dépourvu de branchies comme le sont tout les mollusques aquatiques, et acquérant alors un poumon, organe de la respiration aérienne. Si vous regardez un escargot de près vous pourrez observer au niveau de sa coquille, un trou, ce trou est la partie visible de la cavité palléale, abondamment vascularisée et ouverte sur l'extérieur donc par ce petit orifice, le pneumostome permettant la respiration aérienne. Et n'est donc en rien homologue aux poumons des Vertébrés.

Les escargots et les limaces jouent un rôle important dans les écosystèmes, en tant que ressource alimentaire pour bon nombre d'animaux. Mais également en participant au contrôle de la végétation. Certaines espèces sont mêmes détritivores.

 

3052401185?profile=RESIZE_710x

Encore un nom scientifique, certaine espèces n'ont pas de nom commun... Dressé sur ses 6 pattes, sur une large feuille de Pétasite blanc, Liparus glabrirostris.                    Cette espèce est grosse comme l'ongle du pouce. (Vous avez regardé votre pouce, maintenant continuons).

Membre de la famille des Curculionidés, ce sont de petits insectes phytophages appartenant à l'ordre des coléoptères. Cette famille comprend certaines espèces de charançons. On en compte 2200 espèces rien qu'en France, plus de 5000 en Europe et près de 83 000 espèces dans le monde ! Ce qui constituerait la plus importante famille du règne animal par le nombre d'espèces. Et il reste sûrement beaucoup de ces petites bêtes à découvrir cachées à travers le monde... 

 

3052549425?profile=RESIZE_710x

Au creux de ma main, un Méloé violet, insecte appartenant à la même famille que le frelon, la guêpe, l'abeille et la fourmi, les Hyménoptères. (Hymen = membrane ; Ptère = aile ; = ailes membraneuses) Les plus anciens fossiles d'Hyménoptères datent du Trias, ce qui en fait un groupe très agé. Si cet insecte se sent menacé, ce qui fut le cas, il émet un par la bouche un liquide rouge ressemblant à du sang, et toxique en cas d'ingestion.

3052784384?profile=RESIZE_710x

Pas d'Arachnophobes j'espère, voici une araignée du genre Philodromus, ce sont des araignées dites "errantes" c'est à dire qu'elles ne font pas de toile. Les espèces sont très difficiles à distinguer sans examen des parties génitales. Leur chasse se fait en déplacements constants, d'où leur nom, interrompus par de petits affûts, comme ci-dessus. 

Petite parenthèse entomologique fermée, je vous souhaite une bonne soirée :)

Lire la suite...

Prague

Je viens de passer un weekend des plus heureux, dans l'une des plus belles capitales d'Europe, très honnêtement c'est un coup de cœur pour cette ville, j'en avais entendu parler en bien, mais je suis émerveillé par ce que dégage Prague, l'atmosphère, les gens, l'architecture, la gaieté, et j'en passe ; je vais vous la présenter si vous ne la connaissez pas encore...

2976781709?profile=RESIZE_710x

La Vltava, la plus longue rivière de République tchèque, prend sa source dans la forêt de Bohême, et traverse la ville de Prague, contribuant alors à la beauté du lieu.               La ville est très riche architecturalement parlant, on l'appelle aussi la "ville aux cent tours". Tous les styles y sont représentés, j'ai ainsi pu observer des palais et églises plutôt baroques, mais aussi gothiques.

2976813494?profile=RESIZE_710x

Comment rester de marbre face à l'Eglise de Notre-dame du Týn ! L'architecture gothique est ma préférée je crois bien, cette allure de château médiéval, tout simplement splendide.

Elle domine la place de la vieille-ville, avec ses clochers de 80m. de hauteur.

 

2976829464?profile=RESIZE_710x

Comme moi, vous ne savez peut-être pas lire le Tchèque, mais quelque chose me dit que vous comprendrez le thème de cette affiche :) Il y en avait près d'une dizaine placardées sur ce grand bâtiment du centre-ville.

2976849886?profile=RESIZE_710x

Alors certes je suis en Europe, et j'ai goûté aux plats tchèques, très bons d'ailleurs, mais j'ai fait également fait une petite découverte en passant à Prague, la Poutine. Un met de la cuisine Québécoise, dont j'avais eu vent par des amis, mais c'est lorsque je tomba nez-à-nez avec la possibilité d'expérimenter le plat, que je n'eu pas une once d'hésitation. Il faut savoir que ce plat a longtemps était ridiculisé, et qu'à présent il est très en vogue et est même célébré à l'extérieur des frontières du Québec, comme en témoigne ma photo, pour le moins appétissante.

2976876555?profile=RESIZE_710x

Une vue de Prague, pas la plus exceptionelle, un côté jeune et moderne de Prague, moins séduisant que le Vieux-Prague mais jolie.

 

2976897503?profile=RESIZE_710x

Le genre de bâtiment qui me fait succomber ! La finesse ! Les commerçants et restaurateurs sont sympathiques, l'atmosphère est agréable, de plus la météo était ensoleillée, de quoi vous recommander chaudement de visiter cette Ville aux murs anciens d'un très grand charme. 

2976914247?profile=RESIZE_710x

La vie est relativement aisée dans Prague pour nous Français, j'ai pu trouver un hébergement pour 3 nuits dans un hôtel très agréable et pour ce qui de mes repas, le prix oscillait autour de 10 € ! Autant vous dire que de ce fait on profite pleinement. A l'heure où j'écris ces lignes, j'ai retrouvé le grand air de la campagne, bien que la pollution soit très peu élevée dans la capitale, à présent, retour à la nature ; je vous souhaite une très bonne soirée, je ne parviens pas à répondre à vos commentaires, mais sachez que cela me fait chaud au coeur de vous lire alors un grand merci :)

2976938930?profile=RESIZE_710x

 

 

Lire la suite...

Prairie, un écosystème sous haute surveillance.

Tout le monde connaît les champs, les vastes clairières en lisière de forêt, les alpages, le pré, le pâturage, quoi qu'il en soit, quel que soit le nom sous lequel vous caractérisez ce biome, sachez que ce sont des écosystèmes "temporaires", c'est à dire que sans l'action de l'Homme ou d'animaux, ce milieu atteint rapidement son climax (stade final) qu'est la forêt. La prairie est un écosystème diversifié abritant une faune et une flore importante si une gestion "douce" est employée ainsi que par des pratiques dites "traditionelles", moins c'est mécanique, mieux c'est. Le fonctionnement des prairies repose sur des interactions entre les espèces vivantes vertébrées et invertébrées, des bactéries, le sol, et le climat.

2896806377?profile=RESIZE_710x

Me trouvant dans l'impossibilité d'importer la vidéo, voici une capture d'écran de la vidéo initialement désirée ; Un cheval tchèque, une prairie croulant sous le Veratrum album, et moi-même, en pleine action de fauchage intensif. 

Alors oui, qu'est ce que le "Veratrum album" ? Le Vératre blanc ( son nom vernaculaire, donc son nom commun) est une plante vigoureuse affectionnant les prairies montagnardes et humides. Elle est boréo-montagnarde, donc présente sur la plupart des massifs montagneux ( du centre et sud de l'Europe jusqu'en Asie tempérée ) Cette espèce est donc native de ces contrées slaves, mais elle pose néanmoins de gros problèmes, car elle est très expansive, à croissance rapide et les pieds peuvent recouvrir le sol sur des dizaines de mètres si ils poussent les uns à coté des autres, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, les Vératres sont les grandes plantes qui sont à terre, très nervurées. En premier lieu, elles élimine toute concurrence de par leur grande taille, pouvant atteindre les 1m. de haut et ayant des feuilles longues et larges ; de plus, c'est une plante toxique pour le bétail comme pour l'Homme. De ce fait, gérer les populations de cette plante dans les endroits où des animaux domestiques sont présents est crucial. Si l'on ne fait rien, la plante produit des graines à la fin de chaque été, et en quelques années le pré aura perdu quasiment toutes les autres espèces végétales. Disparaissant sous une mer de Vératres. 

2897592821?profile=RESIZE_710x

Sur cette photo vous pouvez mieux vous rendre compte de la capacité d'expansion de cette espèce, en une matinée, avec mon accompagnateur, nous nous sommes occupés de 3ha de prairies, et de centaines et centaines de pieds de Vératrums,  à l'aide de la faux, cela paraît peut-être anodin comme activité, mais j'ai découvert que faucher est très éprouvant ! Du moins pendant 3 heures, mais ce fut plaisant, car après ça plus aucun pied n'était debout. L'espèce est laissée en l'état, donc en évolution libre, dans les endroits où elle ne se multiplie pas comme sur la zone où nous étions. 

2898068722?profile=RESIZE_710x

Ce matin, il faisait enfin couvert ! Depuis mon arrivée que du beau temps ou presque, il fait chaud, donc cela est agréable lorsque il fait plus frais, surtout pour travailler.

Nous étions sur une prairie calcaire, et pas n'importe laquelle, c'est l'une des dernières stations de la Gentiane des champs dans cette région, cette espèce affectionne les sols calacaires, elle pousse uniquement sur les prairies de haute altitude. C'est une très belle fleur, mais qui ne fleurit qu'en début d'automne dans ces régions, de ce fait les graines dorment encore à cette période de l'année. Une fauche manuelle permet d'éliminer une trop forte pression des végétaux déjà développés et donc de meilleures chances pour Gentianella campestris de germer ! Les rateaux servent à rassembler les débris végétaux, car si ont les laisse sur place, le sol est privé de lumière et l'opération ne servirait à rien.

2898648769?profile=RESIZE_710x

En lisière de prairie, il y a beaucoup de rosiers sauvages, et sur l'un d'entre eux, un rasseblement de Phyllopertha horticola, ou Hanneton des jardins si vous préférez, un petit coléoptère très commun, mais l'observation était surprenante ! Leur régime alimentaire comprend les feuilles et fleurs de cette plante, ceci exlique cela...

 

 

Lire la suite...

Billebauder... vous aimer ?

La billebaude est une technique photographique qui consiste au cours d'une randonnée ou d'une promenade en pleine nature, à réaliser des approches et de cours affûts au gré des rencontres animalières. Le facteur chance est crucial, mais ici, je suis servis !

2821839179?profile=RESIZE_710x

Un choucas des Tours après le décollage, c'est un petit corvidé aux iris blanc, fait rare chez nos corvidés d'Europe, celui-ci était posé sur ce grand éclairage au-dessus d'une voie ferrée désaffectée. 

2822037655?profile=RESIZE_710x

Une pose royale, après avoir observé durant de longues minutes un couple de Lièvres qui s'ébattaient dans le champ fraîchement fauché, ce magnifique chevreuil au pelage bien roux et bois très propre sortit de la forêt pour longer la clôture avant de disparaître aussi vite qu'il fut apparut. Pendant que j'observais ce très bel animal, 2 Coucous gris se répondait de part et d'autres de la forêt, et un nuage d'Etourneaux sansonnets vinrent se poser dans le champ en quête de nourriture.

 

2822738148?profile=RESIZE_710x

Le même que sur ma 1ère photo, un pur régal, très calme, très drôle, il n'arrêtait pas de faire des sauts en tout genre, un vrai plaisir, en tout, j'ai vu 5 lièvres aujourd'hui, le coin est très riche en Lagomorphes, croyez- moi ! En banlieue Toulousaine où j'habite, je ne vois pas de lièvres, et c'est pareil à Vic-en-Bigorre, mais ici, je découvre cet animal, au comportement très prudent mais placide, et très joueur avec ces congénères. Les lièvres ne creusent pas de terriers contrairement aux lapins, les femelles mettent donc bas à même le sol, 1 à 3 par portée, les petits devenant autonome très rapidement. C'est un spécialiste des milieux ouverts donc, l'endroit même où je l'ai rencontré ; il est cependant très plastique et donc peu exigeant sur les paramètres de l'habitat. Ces rencontres avec les animaux sont pour moi très intenses, c'est un tête à tête avec eux, dans leur habitat, et tout peut arriver, on ne va pas ce qui va se passer ensuite, c'est toujours de très beaux et grands moments. Leur comportement me passionne, que ce soit celui d'un campagnol, d'un pic vert ou d'une belette, les animaux sont fascinants.

2823177114?profile=RESIZE_710x

Vanessa Cardui, de son nom vernaculaire Belle Dame, est le Papillon qui a l'aire de répartition la plus vaste au monde, on le rencontre sur tout les continents ou presque, elle est absente d'Amérique du Sud et de l'Antarctique. De caractère migratoire, l'espèce peut être uniquement visible certains mois, en France par exemple, elle est observable d'Avril à Octobre.

Elle hiverne en Afrique puis migre vers l'Europe centrale et du Sud au printemps, elle se reproduit donc alors en Europe, accomplissant un cycle reproductif, les descendants des migrants de printemps meurent ou migrent de nouveau vers le Sud. Ce qui explique sont absence de Novembre à Février en Europe.

Avez-vous une idée de sa vitesse de déplacement ? Elle est de 25 à 30km/h ! Ces papillons migrent en petits groupes, de 5 à 8 individus, et peuvent parcourir 500km en un jour, avec de rares pauses sur les fleurs. Donc pas de "minute papillons" avec cette Belle Dame ! 

Lire la suite...

Températures inhabituelles en Bohème

Dobrý den ! 

Je viens de vous dire "Bonjour" en Tchèque, vous aurez au moins appris un mot de cette langue slave grâce à moi, mais ce n'est pas mon but, mon objectif est de vous faire découvrir le pays, au fur et à mesure que je l'explore. Donc oui, je pratique mon anglais du matin au soir, ce qui me permet d'avoir de très intéressantes et sympathiques conversations avec les gens qui m'entourent, mais attention les Tchèques parlent aussi bien Anglais que les Français, seuls les gens de ma structure ( le Parc National du Krkonoše) ont un bon anglais, et encore pas tous. De ce fait, on m'a fait la remarque plusieurs fois, que les 25°c que nous avons en ce moment sont inhabituels, et plutôt inquiétants. La région dans laquelle je me trouve est traversée par des vents (parfois violents) venant tout droit de la Mer du Nord, car depuis cet mer épicontinentale située au Nord-Ouest de l'Europe, jusqu'au Krkonoše, il n'y a aucun obstacle géologique ! De cette manière les vents ne sont pas cassés, ou arrétés par une quelconque barrière naturelle, et c'est seulement en arrivant au-dessus des premiers contreforts montagnards Tchéco-polonais, que ces vents se brisent (sans mauvais jeu de mots).2758737046?profile=RESIZE_710x

Malgré la hausse des températures, les Orchidées continuent de faire leur apparition, et ce depuis les 1ers redoux, elles colorent les prairies, participant à la création du mot "bucolique". En effet, Dactylorhiza majalis, ci-dessus, sort par centaines au beau milieu des champs, humides de préférence, et leur inflorescences apportent alors une touche de Violet au paysage Tchèque, réjouissant alors nos yeux, et pour le plus grand bonheur des insectes pollinisateurs.

 

2758569544?profile=RESIZE_710x

Non ! Ce n'est pas un moineau qui a la jaunisse, c'est un Bruant jaune (Emberiza citrinella), un petit passereau qui avoisine les 20cm de long (17cm. en moyenne) pour une envergure de 27cm environ. Autrefois commun comme un bon nombreux d'oiseaux il est aujourd'hui en déclin, c'est donc par peu commun que je décrirais son abondance en France, car en République Tchèque je ne connais pas l'état des populations mais elle ne doivent pas être très élevées non plus... L'individu présent sur ma photo est un mâle, la femelle étant bien plus terne, avec donc plus de brun et moins de jaune. L'homogénéisation et la simplification des paysages par la modification des pratiques agricoles ainsi que l'usage des insecticides sont les principales causes de sa régression. Je longeais la lisière d'un bocage quand il décolla du sol pour aller se percher quelques mètres plus loin sous le couvert des arbres, car les bruants se nourrissent essentiellement au sol, ils apprécient les graines dans les champs fraîchement ensemencés, et les invertébrés en tout genre, ce qui explique sa présence parmi les hautes herbes.

2801574644?profile=RESIZE_710x

2801580067?profile=RESIZE_710x

C'est dans ces champs que s'épanouissent les orchidées, on ne peut les voir sur les photos mais elles sont bien là, et il faut imaginer le bruit du vent dans les feuilles des bouleaux pleureurs, des aulnes, le bourdement des abeilles, et le chant mélodieux des fauvettes grisettes mélangé à celui des mésanges charbonnières et des pinsons des arbres sans oublier notre bon vieux Coucou gris. Il y avait aussi une cigogne blanche qui volait haut dans le ciel, trop haut pour immortaliser l'instant. Mais au moins une chose est sûre, la Nature est bien là.

Lire la suite...

Les Monts des Géants

2743775254?profile=RESIZE_710x

Voilà maintenant 1 semaine que je suis en Tchéquie, les repères sont pris, les habitudes aussi, néanmoins la météo est très capricieuse, du moins elle change assez rapidement d'un jour à l'autre voir du matin à l'après-midi. Ceci s'explique par une absence totale de reliefs depuis les abords de la mer du nord, d'où arrive les principaux vents, froids donc, et sont responsables de conditions climatiques très changeantes dans la région. Et d'un climat bien particulier puisque le Parc national, est le seul endroit en Europe centrale où le biome de Toundra est présent. Ces environnements sont situés dans les zones climatiques froides, polaires ou montagnardes, et sont constitués d'une strate végétale unique principalement composée de graminées, de carex, de lichens, de mousses et de diverses variétés d'arbrisseaux.  
La majeure partie de la toundra forme un cercle de plus de huit millions de km² autour des pôles, soit 6 % des terres émergée, ce qui est très peu malgré tout comparé aux forêts tempérées par exemple. Mais je m'égare, ces derniers jours faute de ne pas avoir publier j'ai appris. 2 jours passés à l'intérieur du Parc National, a été très formateur et très intéressant vous pouvez vous en douter. 

Pavel, le guide de haute montagne que j'accompagnais, me raconta, qu'auparavant dans la région, les forêts de basse-altitude étaient composées majoritairement de feuillus, et très peu de conifères, malheureusement avec le développement de l'agroforesterie en Europe, on coupa les feuillus pour y planter du résineux, et ceci entraîna une certaine perte de biodiversité, mais ce n'est pas tout, avec les mines à charbons qui elles aussi étaient bien dévelopées, une pollution atmosphérique était inévitable, des pluies acides se produisaient régulièrement et détruisaient des flancs de collines et montagnes, aucun jeune arbre ne pouvant survivre. Mais la Nature a un pouvoir de résilience colossal, et aujourd'hui les forêts vont mieux, mais les résineux sont tojours présents en basse altitude, des éclaircies sont donc régulièrement réalisées, et les arbres à feuilles caduques reprennent peu à peu leur place.

En arrivant sur les crêtes, en arpentant les chemins escarpés, (2km de dénivelé depuis notre départ dans un petit village.) nous arrivâmes face à Pančavský vodopád, la plus haute cascade de République Tchèque, avec ses 148 m.de haut. Et avec une vue imprenable sur les flancs des monts des géants.
De part sa localisation géographique et son isolement après la dernière ère glaciaire, un certain nombre d'espèces endémiques sont présentes, majoritairement des espèces végétales que l'on ne rencontre donc qu'ici.

Ci-joint des photos de ces deux derniers jours dont une photo de Tétras-lyres, appartenant à la famille des Gallinacés, cet oiseau emblématique de la région se fait de plus en plus rare de par les activités humaines majoritairement. Les mâles paradent bruyamment, pour "impressioner" les femelles, ils cherchent juste à se reproduire vous l'aurez compris ;) ces dernières sont plus discrètes, avec un plumage marbré ; les places de parade sont appelées des leks.2743765361?profile=RESIZE_710x

2743722974?profile=RESIZE_710x2743691102?profile=RESIZE_710x2743772813?profile=RESIZE_710x2743778995?profile=RESIZE_710x2743786997?profile=RESIZE_710x

Lire la suite...

Krkonošský národní park

Jour 4 en République tchèque, mais hier était ma première journée au sein de la structure du Parc National. L'équipe est très agréable, et les locaux dans lesquels je travaille sont récents et propres ; mon maître de stage n'arrive que Jeudi, de ce fait je vacque à mes occupations, je dessine dans le grand parc qui se trouve en contrebas du bâtiment, une multitude d'arbres centenaires s'y trouve, ce qui renforce la sensation d'être dans un immense parc. Aussi, je me documente sur les actions et animations qui ont été menées, ou en préparation.  2697808429?profile=RESIZE_710x

La structure est divisée en quatre partie et ce sur quatre étages. Au rez-de-chaussée se trouve les bureaux des salariés travaillant sur toutes les actions et suivis faits sur les espèces et les habitats, au 1er étage se trouve l'administration, au 2ème étage les ressources humaines, au 3ème je ne sais pas car je n'y suis pas encore allé ! Quant au 4ème je peux vous le dire puisque je m'y trouve, ce sont les bureaux des rédacteurs du Magazine du Parc National, et ceux des "hauts-dirigeants" du Parc.

Le toit du bâtiment annexe, plus bas que dans celui où je me trouve, est entièrement végétalisé, par une trois espèces de plantes il me semble, je regarderais de plus près. Pour ce qui est des horaires, ils diffèrent quelque peu de chez nous, du moins dans la structure où je me trouve. Selon les postes j'ai cru comprendre que l'on commençait plus ou moins tôt, (ceci n'est pas nouveau) mais la pause se fait dès 11h00 jusqu'à 12h30 généralement. Dès que ce que le personnel achève ce qu'ils avaient à faire, il leur est possible de quitter leur poste. De ce fait si à 14h00 vous avez finit vos commandes ou que-sais-je encore vous pouvez rentrer chez vous. Pour ma part je fais du 9h00-15h00, pour le moment. 

La République tchèque limite l'utilisation généralisée du glyphosate dans l'agriculture, et cela se fait sentir, je m'explique, hier après ma journée au sein de l'entreprise, je suis allé faire un tour dans la campagne qui se trouve à quelques kilomètres du centre-ville, et j'ai une fois de plus pû me rendre compte de la vie foisonnante que la campagne tchèque abrite.

Les sons produits par les oiseaux sont nombreux, ce qui témoigne du bon état de santé de ce monde rural. En l'espace d'une heure, j'ai aperçu un coucou gris après l'avoir repéré au chant, au moins trois alouettes des champs mâles chantant en plein vol nuptial, ensuite un Hypolaïs, une grosse fauvette si vous préférez, et bien d'autres, pic épéiche, Pie-grièche écorcheur et j'en passe.

Puis 3 lièvres me sont partis dans les pattes, c'est là que l'expression "détaler comme un lièvre" à pris tout son sens pour moi !

En se baladant, on rencontre d'autres personnes venue ici pour d'autres raisons que les animaux, mais tous ont semble t-il ce besoin de nature. J'ai croiser des marcheurs, un coureur, et même une grand-mère avec ces petits enfants.

Sur le chemin du retour, en longeant une voie ferré désaffectée des martinets sifflaient au-dessus de ma tête, tout en virevoltant dans les airs pour attraper les insectes volants, c'est avec des petits moments simple comme ceux-là que l'on se rend compte de la vraie valeur des choses, je suis tellement heureux de pouvoir faire un tel voyage en République tchèque, pour une durée de deux mois, et d'avoir un toit où dormir et de quoi manger ce qui pour nous est basique mais n'est pas à la portée de tous.

Ce voyage me fait déjà prendre conscience de beaucoup de choses, on étend notre regard sur le monde en voyageant, notre esprit s'ouvre plus que jamais. Et le fait d'être "seul" permet d'avoir du temps pour soi et de se recentrer sur soi-même.

2699499545?profile=RESIZE_710x2697852663?profile=RESIZE_710x

Lire la suite...

Vrchlabí

Ça y est ! Bien arrivé en Terre inconnue, pour le moment... car dès aujourd hui je suis allé dans les environs de cette petite ville qu'est Vrchlabí.

Vrchlabí est une ville du district de Trutnov, dans la région de Hradec Králove. Sa population s'élevait à 12 500 habitants environ.

L'Elbe est un fleuve qui prend sa source dans les Monts des Géants et passe au cœur de la ville, ce qui donne un charme en plus. 

2664811623?profile=RESIZE_710x

 

Mon voyage se déroula bien pour ce qui était du trajet, mes deux avions furent à l'heure, mes bagages présents à mon arrivée à l'Aéroport de Prague, puis j'enchaînat avec le Métro, et réussit à avoir le bon bus pour Vrchalbí,  ce qui n'était pas évident car ce n'est pas les quai de bus qui manquent ! Pendant 2 heures le bus traversa tout l'arrière-pays, la campagne verte (pas celle des politiques) à perte de vue ! Un paysage assez valonné, parsemé de forêt d'essences de feuillus et de conifères, et de très grandes surfaces agricoles, de diverses plantations. 2664793299?profile=RESIZE_710x

Le soleil étalait ces derniers rayons de soleil sur les rues pavées de Vrchlabí, lorsque je venais tout juste d'arriver, des chants d'oiseaux en tout genre se faisaient entendre dans le ciel, les cris stridents des martinets noirs, mais aussi les merles noirs sur les cheminées qui entonnaient leur mélodies du soir ; j'étais ravi d'être arrivé après ce long trajet bien que tout se soit bien passé. La chambre est très bien, le lit spacieux et la vue donne sur des petites prairies en bordure de la ville, donc rien de bruyant si ce n'est les piaillements des moineaux domestiques sur le toit, mais ce n'est paq genânt au contraire.

2664816185?profile=RESIZE_710x

Ce matin, Dimanche 26 Mai, c'est mon premier jour complet ici, mais aussi la fête des mères, que je souhaite à toutes les mamans du monde, mais aussi à toutes celles qui sont au ciel. C'est également le J-J pour aller voter... Mais ça, vous le savez déjà ;) 

Il fait grand soleil dehors, et je n'ai qu'une envie, sortir et découvrir les environs ! Ne sachant pas où se trouve exactement ma structure de stage, je décide donc de m'y rendre pour faire du repérage. Après avoir longé l'Elbe, remonter des rues, contourner un square, j'arrive le long d'un gigantesque parc, et finit par tomber nez à nez avec ma structure de stage, mais aussi un petit mulot au passage !2666220131?profile=RESIZE_710x 

J'en profite donc pour regarder ma structure de stage, et continue mon chemin dans le parc qui le jouxte. Il est vraiment grand je n'exagèrerais rien ! D'immenses arbres se dressent ici et là, entourés de rochers et de grandes prairies fleuries, où abondent abeilles, bourdon, papillons, et oiseaux. Un étang se trouve au milieu du parc, avec un bon nombre de Canards colverts et de pigeons assoiffés. Derrière cette zone humide se trouve le château de Vrchlabi. De nombreux promeneurs fréquentent cet espace vert, entretenu certes mais tout juste, car la faune est bien présente, la flore aussi, une atmosphère très bucolique règne. Je m'arrêta quelques heures sur un banc pour croquer le château, et profiter des bruits de la nature environnants. J'ai pu dénombrer pas moins d'une vingtaine d'espèces d'oiseaux dans ce parc à l'intérieur de la ville ! Ce qui est assez exceptionnel, je ne m'y attendais vraiment pas.2666237413?profile=RESIZE_710x

Dans l'après midi, je me dirigea vers l'extérieur de la ville, en suivant mon intuition je débarqua dans des côteaux, très tranquilles où résonnait cette fois le chant du coucou, et comme toujours impossible à voir ! Le nombre de coccinelles aussi était assez ahurissant, j'en vis plus d'une dizaine en tout sur un seul arbre. Les alentours de la ville sont vallonnés, avec peu de forêts néanmoins. En rentrant je réussis à joindre mon maître de stage au téléphone, je commence dès demain à 9h. ! Je ne tarde donc pas à me coucher, bonne soirée à tous :)2666249437?profile=RESIZE_710x

Lire la suite...