Blogagris

Lien pour créer un Blogagri ou le modifier?

Avant de te lancer, consulte des blogagris, en particulier ceux qui sont  en exclusivité (bandeau à droite)

Bonjour tout le monde! J'écris cet article pour vous faire partager mon ressenti sur l'agriculture en Irlande ainsi que la recherche sur ce domaine.

Son agriculture à laquelle je passe beaucoup de temps est principalement composée d'élevage puisque sur ces 4 millions et demi d'hectare agricoles  presque 80% sont en prairies et le pays compte presque 7 millions de tête de bovins, mais il y a aussi quelque ovins.

L'agriculteur Irlandais est quelqu'un de respecté par les citoyens, bon ils râlent pareil que nous quand un tracteur bloque la route ! Mais il est très apprécié car l'agriculture est un pilier conséquent de l'économie Irlandaise avec plus de 50% de sa production exportée. Ils sont tout de même plus important qu'en France avec 5% d'actif dans la population du pays. Mais le paysan Irlandais a tout de même du mal car les prix de ventes ne sont pas fameux et ils ne peuvent pas jouer sur les volumes car la taille moyenne des exploitations n'est que de 32 hectares.

 

Des cultures sont quand même mis en place autant des cultures d'hiver comme le blé, l'orge et la féverole qui servent souvent à l'alimentation du bétail mais aussi des cultures de printemps comme le maïs qui est cultivé sous plastic car les unités chaleurs ne sont pas en assez grand nombre. 

Vous l'aurez compris les produits principaux sont des produits laitiers et carnés.

J'ai la chance de voir cet agriculture mais en plus de voir la recherche qui tourne autour de ses systèmes d'exploitation. Et oui étant en stage dans un centre de recherche de l'organisme Teagasc qui est financé par l'état comme l'INRA en France, j'ai pu voir, étudier et comprendre ce que recherchait le pays et quel fil conducteur il voulait donner à son agriculture.

Grass system! Voila le fil conducteur. Et oui, si la majorité de l'agriculture française joue sur les volumes pour combattre la baisse des prix, les Irlandais se sont basés depuis longtemps sur la baisse des charges et les systèmes herbagés sont donc les moins coûteux. Souvent ils disent qu'en France on raisonne chiffre d'affaire (ce qui n'est pas tout à fait vrai) et après ils ajoutent "Ce n'est pas le nombre de vaches que tu vends qui compte, c'est combien il te reste pour aller boire des pinets avec tes copains" malheureusement mon faible niveau d'Anglais ne pas permis de retenir la phrase d'origine qui été très réfléchie.

C'est pour cela que la majorité des recherches se tournent vers la production d'herbe et son utilisation, la relation Sol, Plante, Animal est souvent la base de toute recherche. Même si tout comme en France, des recherches en bâtiment sur des qualités d'aliments concentrés, sur des performances animales ou encore sur de la génétique sont effectués.

J'ai pu mettre le nez dans plusieurs recherches comme le pâturage tournant qui consiste à relier les performance agronomique et animale en laissant les animaux pâturer une surface définie contenant juste le fourrage qu'il faut pour une période souhaitée entre 24h/48h/72h. Et oui car au bout de 3 jours l'herbe coupée le premier jour recommence son cycle et l'animal préférera la jeune pousse et laissera des refus, on atteint le surpâturage. 

Toutes ces formalités sur les techniques de pâturage ont été oubliées en France et reviennent un peu au goût du jous pour certain exploitant. Néanmoins, les règles fondamentales du pâturage tournant ont été rédigées par un agronome français en 1957 nommé André Voisin dans l'ouvrage "La productivité de l'herbe". Tout les agriculteurs Irlandais connaissent cet ouvrage alors que beaucoup ignorent son existence en France, quel dommage !

Voici un herbomètre pour mesurer la quantité d'herbe disponible.

 

J'ai aussi pu étudier la pousse de l'herbe et ses rendements, la modulation de dose de fertilisant, les croissances de jeunes bovins, de boeuf. Mais aussi de la génétique avec une grosse étude sur l'Index maternel qui consiste à augmenter sa sélection pour faciliter l'élevage. Puis j'ai étudié toute sorte d'analyse d'excrément et de qualité d'aliment. Passionnant n'est ce pas ?

Vous l'aurez compris, il y a beaucoup de choses à voir sur mon stage, je pourrais vous en parler des heures, mais il faut bien que je résume.

Je découvre une autre agriculture qui me donne bien des idées et des projets mais qui pour l'instant fait faire des bons à mon papa à l'autre bout du téléphone.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Join Moveagri

Blogagris en exclusivité

La pampa en Argentine !

Bonjour je me présente je m'appelle Julie, j'ai 17 ans et je suis en première STAV au lycée La Roque à Rodez. Je suis actuellement en Argentine avec deux amies où nous effectuons chacune un stage de 5 semaines dans différentes productions (une…

Lire la suite...

Allemagne Jour 1

Bonjour à tous,

 

Nous sommes Antoine et Evan, deux élèves du lycée des Sicaudières en première CGEA à Bressuire. Nous sommes actuellement en stage dans une petite exploitation en Allemagne près d'Ausbourg. Notre maitre de stage…

Lire la suite...