Blogagris

Lien pour créer un Blogagri ou le modifier?

Avant de te lancer, consulte des blogagris, en particulier ceux qui sont  en exclusivité (bandeau à droite)

le désert d'atacama 1er Partie

Place aux vacances.

C’est la fin du stage, 10 semaines se sont écoulées à une vitesse grand V, les missions sont terminées. Le parc dispose d’un nouveau Sentier pour les enfants et moi de 10 jours de vacances bien méritées ! Chiloé est magnifique, une île unique où la pluie est un peu trop présente à mon goût alors nous décidons, mes compères Florent, Léo et moi d’aller à la rencontre du SOLEIL.

DSC_0022une route, un désert

Nous avions comme projets d’aller à La Serena, ville côtière située à près de 500 km au nord de Santiago pour voir les pingouins et les étoiles, puis à San Pedro d’Atacama contempler le célèbre désert qui se situe à plus de 2000 m d’altitude, l’un des lieux les plus arides du monde. Nous apprenons que le temps n’est pas au beau fixe en raison de l’activité du phénomène d’el Niño, un courant océanique provoquant des changements de climat dans le pays, pluies, tempêtes, température de l’eau plus élevée, coulées de boue etc…

Pour atteindre notre paradis SAN PEDRO, nous avons environ 3000 kilomètres à parcourir depuis Chiloé ce qui correspond au trajet Madrid-Helsinki. Pour effectuer ce genre de voyage il y a plusieurs possibilités : le stop, le meilleur moyen de voyager pour rencontrer des personnes mais il faut du temps ; l’avion : rapide, trois ou quatre heures et tu y es déjà mais la carte bancaire est hors d’usage ; le bus : le moyen de transport pas cher et fiable mais tu dois être patient, trois jours dans sur la route c’est long…

Notre choix se porte sur le bus. La vie y est assez monotone, tu dors puis tu réfléchis à ton existence, tu regardes un nanar à la télé, on t’offre des gâteaux et un jus de fruit interdit en France, ce n’est pas un nectar mais une sorte de poudre artificielle remplie d’additifs et de colorants. Voilà comment se résume ta vie pendant ces quelques jours. Après avoir vécu une telle expérience tous les trajets te semblent courts et tu apprends à faire des activités le plus lentement possible.

Nous traversons de nombreuses villes mais l’une d’elles m’a tout particulièrement marqué : Calama. Je ne vous parlerai pas de sa beauté mais plutôt de son côté sinistre. Elle est considérée comme la ville la plus dangereuse du Chili. Elle est située dans le désert. Dans cette contrée les villes et les routes se font rares. Par contre les mines pullulent, et qui dit mines dit des gros durs pour s’en occuper. Le week-end nos miniers perdus dans le désert ont besoin de s’amuser et de dépenser leurs pesos durement gagnés, alors ils vont à Calama pour boire du Picon et voir les prostituées. Le problème c’est que la bagarre n’est jamais loin. Le vol est le sport local favori. Les touristes sont obligés de passer par cette ville avant d’aller à San Pedro dépenser leur argent.

DSC_0186Notre maison, notre refuge 

San Pedro est une ville magnifique, les maisons sont construites en adobe, briques de terre crue couleurs ocres, elles ont quelque chose de typique et ressemblent beaucoup aux maisons du Maroc. Les matériaux des villes du désert sont toujours les mêmes quelle que soit la latitude. La terre est à la portée de tous, facile à travailler et pas cher. Elle s’impose naturellement. Parfois une église peinte en blanc apparaît au coin d’une rue. La ville est une oasis, des poivriers et d’autres espèces d’arbres poussent à foison pour notre plus grand bonheur. Victime de sa beauté, elle est devenue un lieu touristique important du Chili. Le paysage entourant ce village est d’une beauté unique, minéral et lunaire. De nombreux restaurants et des maisons d’auberge se sont développés le long des rues. Nous décidons d’aller dans une maison d’auberge-camping qui s’appelle « Hostall Sol el Caliente », Après avoir vécu en ermite pendant des années nous avions besoin de voir du monde, des personnes partageant la même envie de voyager et nous ne nous sommes pas trompés d’auberge. C’est la moins chère de la ville et la plus sympa des hostal, le soir après les excursions de la journée nous nous réunissons tous autour d’une bière pour parler un dialecte composé de français, d’espagnol, d’anglais et d’un peu de portugais. Toute ces personnes rencontrées ont en général un vécu et des expériences de voyage qui m’impressionnent, certains sont partis lassés des cours et de leur quotidien, d’autres pour vivre leur deuxième vie de Chat. Chacun a son histoire et nous partagions tous le plaisir du voyage. Une personne m’a marqué dans ce lieu, il est argentin et s’appelle Joacko un prénom à la fois basque et espagnol ; Il m’a impressionné par sa vie, une personne très cultivée malgré les apparences et il était fièr de le dire. Il aurait pu gagner 1000 à 2000 € par mois, ce qui représente un salaire de ministre au Chili mais il n’en a pas voulu car il avait peur que l’argent le corrompe. Un être simple avec un cœur ouvert comme beaucoup de personnes rencontrées dans notre coin de paradis. Toutes les soirées étaient différentes car les personnes venaient pour une nuit puis repartaient. Une grande majorité de Français étaient présents, c’est une destination phare pour nous ainsi que la Bolivie, le Pérou et le nord de l’Argentine. Le problème dans cette oasis c’est que si tu ne te forces pas à parler espagnol, à rencontrer des Chiliens, tu peux vivre comme si tu n’avais pas quitté la France. Attention à toi si tu pars dans ces pays, ne prends pas la voie de la simplicité, tu perdras l’essence du voyage.

San Pedro est aussi un parc d’attractions, des agences te proposent de t’emmener en minibus voir des geysers, une réserve de flamands roses, des montagnes mais dans ces tours organisés, tu payes de 20 à 60 € la demi-journée pour voir la nature….Tout peut être payant. Pourtant cette nature est gratuite et devrait être accessible au plus grand nombre. Dans le refus de passer pour des touristes acceptant de jeter de l’argent nous sommes partis à bicyclette à la rencontre des montagnes. Beaucoup de lieux en Amérique latine fonctionnent de la même manière, pour aller au Machupichu l’entrée est de 150 € en moyenne.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Join Moveagri

Blogagris en exclusivité

La pampa en Argentine !

Bonjour je me présente je m'appelle Julie, j'ai 17 ans et je suis en première STAV au lycée La Roque à Rodez. Je suis actuellement en Argentine avec deux amies où nous effectuons chacune un stage de 5 semaines dans différentes productions (une…

Lire la suite...