AT THE OTHER END OF THE WIRE 9ème partie

Jour15 :Une famille indienne :kabhi khushi kabhie gham

Nous revoilà encore une fois à Roquette pour développer un peu plus le processus de transformation du maïs, malgré la chaleur nous arrivions quand même à suivre les différentes explications des techniciens et avons même assisté à une livraison de maïs par des camions.

L’après-midi fut très particulier par contre, nous avons été faire un tour au college of food nutrition où le head a été particulièrement très chaleureuse. Après un tour des locaux avec une des professeures, nous sommes revenus à la salle de préparation et de dégustation. Nous avons ainsi préparé du Chai (eau chaude+ thé+lait en poudre+menthe+sucre), c’était délicieux. Ensuite nous avons préparé des galettes de semoules accompagnées d’une sauce peu piquante et de ketchup, un vrai régal. Ce n’est pas pour rien que j’ai pris du poids en Inde .

Un tour pour prendre une douche et enfiler ma belle tenue indienne car nous sommes invités à manger chez les deux professeurs du college of food nutrition.Ils étaient si contents de nous voir si bien habillés en l’honneur de leur belle Nation !Nous avons préparé du mango pickle super bon avec la prof, franchement j’aurai mangé tout le pot même si je devais après cracher du feu comme un dragon.

Les plats étaient fabuleux et très bons, vraiment exquis (cholé,parata,bathura,boonti,Raita,Raasgol…).Nous avons passé une superbe soirée avec les enfants et tout le monde. Que c’était beau !  

Jour16 :Let’s talk about spicies

Ce matin nous avons été au centre horticole mais il pleuvait alors la visite fut très courte sous les serres .

L’après-midi nous avons visité l’entreprise Utkarsh Food Product qui transforme des épices depuis 1998. Ils transforment environ une quinzaine de produits différents tels que le piment (red hot chili) que l’entrepreneur achète  dans un autre état. Effectivement, il souhaite garantir la qualité de ses produits et le climat de l’état dans lequel est implantée son entreprise ne lui permet pas de se procurer des piments de qualités. Ils empaquette des produits types massalat et les ouvriers majoritairement des femmes sont répartis dans toutes les tâches(trie, broyage, moulin, paquetage).

Après cette visite nous avons été en hauteur au dessus d’une digue, qui est un magnifique lac artificiel permettant de maintenir les eaux en périodes pluvieuses (mousson) et ainsi permet aux agriculteurs riverains d’irriguer leur culture. La vallée était d’une beauté étonnante et les montagnes de loin avaient un si beau charme. Et les rizières, à cette hauteur, étaient juste parfaitement tracées.

Après cela nous avons passé la soirée avec Mohit un bon ami à nous qui nous offrit du thé et nous amena faire des courses à Big Bazar.

Jour17 : ébahissement

Ce fut le moment de voir des choses assez spectaculaires !Et ce fut le cas.

Tout est en réalité valorisé dans le riz comme c’est le cas pour le cochon !

La poussière de riz obtenue par polissage du riz marron obtenu après décorticage est utilisée pour effectuer une extraction d’huile. C’est incroyable.

Avant d’effectuer quoique ce soit ils mouillent la poussière pour en faire des granulés et les presser pour récupérer l’huile et lui faire subir un processus de raffinage .Avec la partie inutile, c'est-à-dire la pâte obtenue après extraction, ils fabriquent un complément d’aliment avec d’autres composants minéraux pour les animaux. Et la cire et la gomme de l’huile sont vendues à d’autres industries pour la fabrication du savon.

Alors à présent convenez avec moi que tout est bon dans le riz ! J

L’après-midi nous avons été à l’exploitation de l’université…Cette ferme n’a rien à envier à celles du pays de Caux en tout cas !

L’exploitation en question est composée de 700 vaches et de 200 bufflonnes. Je vous laisse deviner un peu l’effectif total en ajoutant les génisses et les veaux !

Les vaches subissent une insémination artificielle et sont sélectionnées essentiellement sur le lait tandis que les bufflonnes, elles, ont une reproduction naturelle (montée naturelle).

Il y a 25 employés sur l’exploitation à temps plein  et après traite du matin et du soir l’exploitation produit 2100L /jour.  

L’alimentation du troupeau est la même pour toute l’année, soit :

Mélange de tourteaux,33%céréales(riz, maïs, millet) dont la plante entière est utilisée des fois,33%d’écorchure de riz,2% de minéraux et 1% de sel. Le taux de mortalité est de 6-7% et ils ont 7 à 10mois de lactation respectivement pour la bufflonne et la vache et enregistrent 30 vêlages/mois.

Le déparasitage des animaux s’effectue 3 fois/an pour tous les animaux même les mâles aussi qui sont d’un effectif de 143.

Cette ferme comme tout autre dans n’importe quel pays connaît des problèmes de mammites et y remédie par les mêmes anticorps utilisés en France. Le nombre de cas de mammites est estimé à 50/an.

En ce qui concerne la tarissement, les vaches taries ne sont ni vendues, ni abattues car étant sacrées. Une fois le tarissement atteint, les vaches sont laissées libre jusqu’à ce qu’elles meurent .Ce qui n’est pas le cas des bufflonnes qui sont abattues dans un autre Etat car étant très difficile à tuer et l’obligation d’une certaine licence.

Jour18 :Delicia Food

Après un petit déjeuner joyeux grâce à la bonne nouvelle que Vijey(notre serveur) nous a annoncé tout en souriant que nous allions visiter le parc naturel Jim Corbet pour voir les éléphants et les tigres et qu’on allait ensuite à Ramnagar.J’étais si contente.

Mais je peux vous assurer que quand notre chauffeur vint le Professeur Chopra nous dit tout le contraire et nous fit comprendre que nous partions tôt suite à la longue route qui nous attendait pour visiter une entreprise de transformation.

Attendant d’arriver impatiemment à ce royaume, un mal de tête atroce me fit fermer les yeux de temps à autre sans oublier que je ne pouvais point m’allonger comme j’aime le faire d’habitude derrière à cause des lunch-packet.

La visite ne fut pas aussi différente des autres à part que cette industrie, Delicia Food, entreprise de transformation de fruits et légumes sous conserves exporte aux USA et au CANADA sans oublier qu’elle dessert aussi le marché local indien, de plus, nous pouvons noter aussi plusieurs analyses effectuées à cause de l’enjeu sanitaire.

Après cette visite que j’ai à peine suivi à cause d’un mal de crâne, nous partions mais on ne savait où !

Quelle chance nous sommes au cœur du Parc naturel Jim Corbet et nous venons de voir un éléphant, puis un autre et encore un autre. Tout de suite j’ai eu comme l’impression d’avoir avalé toute une boîte de CAC1000 sandoz.Je n’étais pas qu’heureuse, c’est incroyable jusqu’à ce qu’un tigre surgisse de nulle part. Pas de danger on en verra point. Après quelques kilomètres  nous nous arrêtions dans un lieu religieux où de nombreux pèlerins hindou viennent se recueillir et se baigner dans l’eau du Gange. Après avoir dépouillé nos lunch-packet Mr Chopra nous proposa une petite ballade et j’en profitais pour m’acheter un collier en ohm tout comme Jean-Christophe qui me manquait tant (sauf que lui c’est une bague en argent je crois).

Un peu d’histoire : Le ohm est l’arme du dieu Shiva,elle est représentée par une sorte de fourche(Shiva est un Dieu hindou,père de Ganesh).

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Join Moveagri

Lien pour créer un Blogagri ou le modifier?

Avant de te lancer, consulte des blogagris, en particulier ceux qui sont  en exclusivité (bandeau à droite)