AT THE OTHER END OF THE WIRE 11ème partie

Paradise where i’m lost

Je levais les yeux pour écouter et voir le ciel, mais ses couleurs grises veloutées de noir ne m’ont que déchiré d’avantage le cœur, dans ma tête le mot « rentrer » bousculait mes neurones et me laissa moite et perdue.

Je suis perdue, perdue, dans ce paradis !

 

Jour25 : Sourire qui disparaît !

Mon sourire disparaît aujourd’hui car il ne restait plus que quelques jours avant de rentrer. Quand certains se réjouissaient de cela, je restais au lit à couiner, me demandant juste pourquoi je devais toujours tout tenir à cœur !

Repartir était difficile pour les amis qu’on aurait eu, mais plus encore pour celui qui repart…Je ne pouvais ne point y penser. Aujourd’hui nous avions quartier libre et on travaillait encore une fois le compte-rendu de fin de stage pour Dr Chopra, une fois assez avancé dans le travail, chacun prit congé .Et moi je me laissais tomber dans mes songes comme une colombe perdue dans les nuages…

Jour26 : Un anniversaire à Pantnagar

Aujourd’hui nous allons à Nainital, un 7 lacs des montagnes très prisé des couples récemment mariés tellement la vue y est agréable. Nous sommes allés précisément au CHEA (Central Himalayan Environment Association) qui est une organisation existant depuis 1980 et qui œuvre pour le bien être de la production agricole dans les montagnes.11 Etats de l’Inde sont concernés et partagent tous entre eux ce qu’ils font dans les différents Etats. Ainsi ce projet lutte pour une prolifération de la production et plantation de bambou (que ça soit les forêts et la transformation faite par les artisans menuisiers locaux).

Après cette visite bien intéressante, nous sommes restés à Nainital pour apprendre de son histoire et de sa culture. Les boutiques touristiques offraient une belle vue de leur vente si colorée et pleine de chaleur !

Une fois rentrés, on a eu qu’une petite minute avant que des amis d’en face viennent nous chercher pour fêter leur anniversaire.

J’ai quand même eu le temps d’enfiler une belle tunique avant d’y aller. La famille fut très accueillante et nous avons vite aimé cette fête, d’ailleurs on a même dansé ! Je fis la connaissance de Mukesh et de sa sœur qui m’ont beaucoup parlé de leurs différentes formations et de leur vécu de tous les jours. Ils ne manquaient jamais l’occasion de me faire parler de la France, de mes études ou de mon Pays.

Au moins ce voyage me sert et sert ceux que je rencontre aussi. Je promis à sa sœur des tresses le mercredi en espérant que Mukesh aussi viendra, il est tellement beau franchement et si gentil.

 

Jour27 : Parlons agriculture !

A présent, nous ne visiterons pour le peu qui nous reste de notre stage que l’ensemble des collèges.

Aujourd’hui nous resterons au college of Agriculture mais dans les différents départements.

Nous avons commencé par le département d’horticulture (dirigé par Mme Ratni Raie) qui existe depuis 2012  et traite de la micro-propagation avec la tissu-culture des plantes ; ces différents procédés se font avec des balances électroniques et des LAW (Luminar Air Flow) .Les cellules en questions en question sont cultivées dans des chambres éclairées aux UV. Les plantes obtenues sont petit à petit mises en contact avec l’extérieur. Le but de ses expériences est de permettre, comme vous vous en doutez déjà aux agriculteurs de hausser leur rendement en évitant certaines maladies culturales sur des plantes à moindre résistance.

Ensuite nous avons été au département des sciences de la terre où les différentes analyses de sols sont effectuées pour le compte de l’agriculture. Les analyses faites sont de natures physiques, chimiques, biologiques ou microbiologiques avec des mesures prises en compte sur la présence du fer dans le sol(stabilité du sol, compactions du sol…).

Après cela nous avons été reconduits chez Dr Chopra qui nous apprend que nous aurons une lecture du Dean le lendemain. N’ayant plus grand-chose à faire nous sommes allés voir Dr Sharma qui nous offrit 4 exemplaires de son ouvrage avant de nous encourager dans nos études et nous dit au revoir. J’en avais les larmes aux yeux.

Jour 28: Lecture by Dr J. Kumar

La lecture n’est rien d’autre qu’un cours sur l’historique de l’université :

GBPUAT est la première université agricole de l’Inde mise en place par le grand défenseur de la liberté Goving Ballah .A l’époque cette université avait pour vocation de faire en sorte que l’Inde ait une agriculture soutenable pour produire sa propre nourriture(1948).A ce même moment l’Inde était encore considéré comme un pays rural car 80% de la population vivait encore dans les campagnes ;c’est alors que l’apprentissage de l’agriculture devait permettre de relancer l’économie .L’université a été inaugurée pour la première fois en 1960 par Jawaharlal Nehru(premier ministre indien),à l’époque elle portait le nom de Uttar Pradesh Agriculture and Technology ;elle ne portera définitivement le nom de GBPUAT qu’en 1972.

L’université a débuté avec un effectif professoral de 29 soit 4 en administration,5 en agriculture,4 en médecine vétérinaire et 11 en sciences basiques. La première année, il y avait 245 étudiants et le premier vice chancelier était Mr K.A.P Stevenson(1960) et ainsi une mise en place directe du système learning by doing s’ensuit, ce système permettait aux étudiants de se confronter aux vraies réalités paysannes depuis le travail du sol jusqu’au petit bénéfice mis de côté (ainsi il ne pouvait y avoir une différence entre agriculteur et étudiant).

L’université fait 16000 ha dont 4500 acres donnés aux industries environnantes de la zone industrielle.

Aujourd’hui l’Université accueille 1700 étudiants par année pour un total d’inscription de 4500 étudiants.

L’Inde est le plus grand pays producteur de lait au Monde et d’un grand renommé dans le domaine agricole aussi (200000q de blé, 22000q de maïs, 10000q de riz, 22500q de patates, 40000q de haricots).

73 universités agricoles et 100 ICAR (Institutions)  font pousser des cultures et des expériences et donnent les ressources au Pays.

L’aquaculture a été la plus rapide des industries à se mettre en place en place en Inde. En 2013 l’Inde a exporté plus de 39millions de dollars de produits, sa production de bétail et de viande de volailles est l’une des 5 plus grandes au Monde, celle en fruit également.

La population indienne a triplé mais la production de céréales a plus que quadruplé ,deuxième pays producteur de riz et de blé et exporte 60000 metric tonnes de poissons soit près de la moitié de la production mondiale.

Les fermes, aussi petites soient-elles, permettent à l’Inde d’être une grande productrice.

Néanmoins quelques problèmes sont à prendre à compte surtout pour la culture du riz, l’eau se faisant de plus en plus rare certaines méthodes artificielles doivent être mises au point pour profiter longuement de cette source rare.

IF AGRICULTURE FAILS, NOTHING ELSE WILL SUCCEED

Après cette leçon émouvante, nous avons été au « Department of plant disease » constitué de 11 professeurs et de 09 assistants professeurs.

Nous avons essentiellement eu étudier certaines maladies avec l’assistant professeur qui était avec nous :à savoir pour le riz qui aurait le plus souvent des problèmes de déficit en zinc,des certaines souches de nématodes, de bactéries «  radioctoniasoniales » .

J’en aurai appris des choses aujourd’hui, et je m’en réjouit aussi.

Jour29:I wish to stay

En nous rendant ce matin au centre d’entomologie, je ne me doutais que je pouvais renouer avec le monde des abeilles qui ne veulent qu’être nos amis en réalité.

Deux espèces d’abeilles sont observées dans ce centre, à savoir l’Apismellifera (d’origine italienne) et la Trigona(d’origine asiatique).Cette dernière a la morphologie d’une petite mouche, assez petite, son miel est très crémeux et assez concentré. La Trigona est une abeille inoffensive qui n’a pas de dard mais peut mordre sans qu’on ne le sente.

La première espèce par contre est comme une abeille normale, n’ayant protégé que nos têtes, nous nous sommes faits du souci au cas où une abeille nous piquerait mais au professeur de réitérer que les abeilles sont nos amis, tant que tu ne leur fait pas du tord, elles ne se défouleront pas sur toi.

En fin de compte il avait bien raison, car dépourvue de protection et ayant suivi ses indications à la lettre personne ne s’est fait piqué.

Un endroit qu’il ne faut jamais manquer en venant à GBPUAT, College of fisheries !

Après une présentation de tout le corps professoral et diverses études réalisées, nous avons été voir le trésor caché dans les bassins, mais comme c’était la période de reproduction il n’y avait que les mâles et les femelles, dommage, on se serait bien amusés quand même !

Mme Sweta Rai avec qui nous étions, nous invita à manger des samusa dans une buvette non loin, c’était un gros délire avec notre chauffeur Altaf !On essayait du mieux qu’on pouvait de profiter des derniers instants qu’il nous restait à Pantnagar .Le soir nous avons été avec le Dean qui nous écouta faire chacun un discours sur tout ce que l’Inde nous aurait appris et apporté ;après mon long discours j’ai chanté en hindi(silsilat ye chahat ka)ce qui l’a beaucoup ému et impressionné, ce fut un moment serein lorsqu’il nous remit nos diplômes et un trophée.

Nous passions une très bonne fin de soirée avec Bupish et sa famille chez qui nous avons mangé de bons Pakoras.

Bohot Bohot Danyavad

 

Jour 30: Last day in Pnatnagar

Ce fut la journée la plus paisible qu’on ait eu depuis notre séjour en Inde, on se parlait dans les yeux et savions ce que signifiait le lendemain. Shefali vint de bonne heure et je partis faire mes dernières courses avec elle au marché de Pantnagar, elle en aura bavé avec mon exigence mais elle est si gentille.

L’après midi M.Chopra vint nous chercher en voiture pour faire un dernier tour des lieux. Nous nous arrêtons aux rizières de l’université où des premières années de BSc font leur plantation. Bien évidemment nous retroussions les manches pour plonger dans les bandes boueuses car nous ne demandions qu’à apprendre, out le monde fut étonné de notre action. out en discutant et en demandant des informations je plantais mon riz, ravie de le retrouver dans assiette (je rêvais trop !), les filles qu’on y a trouvé étaient vraiment sympas.

Nous voilà pleins de terres et de boues sur le retour! Au revoir chers amis !

Ce fut impossible de contrôler les entrées et sorties des gens venus nous dire au revoir, en même temps cela me brisait le cœur, Mme Sweta Rai nous appliqua du mahandi (henné) à moi et Rachel et Shefali rajouta quelques modifications. C’était juste beau !

Enfin voilà Mukesh et sa sœur qui vinrent nous dire au revoir et même temps se tresser, les garçons nous faisaient rire avec des tours ridicules et moi je pleurais dans mon cœur.

Une fois tout le monde parti, nous, quatre aventuriers, nous nous regardions dans le blanc de l’œil pour se convaincre que ceci n’est qu’un mauvais rêve !  

Jour 31 :Phir milengué Pantnagar

Le réveil fut assez difficile, avec ce qui m’attendait je voulais juste encore m’accrocher à ce lit qui représenterait ce lien entre l’Inde et moi.

Que demander de plus ? Ce stage fut très instructif et assez gai. Je fis 4 tas de pièces françaises pour que nos amis qui étaient d’ailleurs déjà pour nous puissent s’accrocher eux-aussi à quelque chose.

Après un dernier petit déjeuner émotif, la voiture était déjà là. Il en aura fallu quand même du temps avant de faire rentrer toutes les valises.

Voilà les derniers lunch-packet qu’Abjey amène, après une dernière photo de groupe, mes larmes  ne purent se retenir. Je serrai Shefali (mon amie) dans mes bras à chaudes larmes en lui faisant promettre de ne point m’oublier.

Et voilà Atol qui s’y met aussi. Je le regardais et dans ses yeux je me demandais tout doucement, qui est-ce qui viendra m’apporter des fruits tous les soirs ? Avec qui m’amuserais-je chaque coucher de soleil ?Qui me fera rentrer dans un monde aussi féerique que le tien ?

Je ne puis vous oublier !

Nous partions, loin, mais dans mon cœur la flamme de vos beaux et généreux sourires brille de mille feux !

Sur la route, je fus surprise de ce que je voyais. C’était l’AID  et les gens se vêtirent de leurs généreux costumes. Les enfants étaient si épanouis, beaux, vivants, colorés !

Une fois à Delhi, mes mots s’envolèrent en ne laissèrent expression qu’aux larmes ! Premiers pas au retour !

Le soir, Bupish qui était venu avec nous à Delhi vint nous voir à l’hôtel où on était pour les derniers instants que nous aurions passé ensembles !

Je suis déjà nostalgique !

Jour31 : Une fille  à Delhi !

Elle fut assez calme comme journée, après un tour de shopping dans Delhi avec les filles, le temps n’étant pas clément ce jour là, nous fit prendre froid après une grosse pluie qui nous est tombée dessus !

Le soir nous profitions d’un dernier dîner indien dans un restaurant moyen.

Mon cœur est rentré depuis que je ne suis plus avec mes amis !

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Join Moveagri

Lien pour créer un Blogagri ou le modifier?

Avant de te lancer, consulte des blogagris, en particulier ceux qui sont  en exclusivité (bandeau à droite)