AT THE OTHER END OF THE WIRE 10ème partie

Jour 19 :Let’s have an incredible night

Le matin nous sommes allés visiter Britannia Industries LTD Unit Uttarakhan Rakech,industrie concurrente avec Parle qui sont toutes deux des biscuiteries.

Cette visite a été superbes comme toutes celles précédentes, nous assistons à toutes les étapes de production et sommes agréablement surpris par la prestance de cette industrie. Elle est l’un des 70 sites en Inde et existe depuis 10 ans. Elle a 4 lignes de transformations (longues de 300mètres) pour divers types de biscuits. Le temps de cuisson dépend la nature du biscuit  et de la température ambiante à laquelle elle cuit(exemple :6mn27 pour 179°C -206°C et 5mn30 pour 195°C-256°C).L’industrie produit 200tonnes de biscuits/jour pour un effectif ouvrier de 450 avec 1100 contractuels. Ils font des tests de moisissures, d’acidité, de pourcentage d’ASH .En ce qui concerne la ligne de production de cakes,la pâte est mixée pendant 16minutes. Aprés cela ça passe dans l’aspirateur qui en fait de petites galettes avant que ça n’aille au four pendant 1 heure à 220°C.A la sortie la température des cakes n’est que de 90°C ,refroidissement, démoulage s’ensuit et paquetage .20% des cakes sont exportés dans le Golf et 3% des biscuits exportés au Népal. Cette entreprise est semblable à Parle sauf qu’elle a en plus une chaîne de production de cakes !Je ne saurai vous dire niveau goût mais ça me donnait trop envie franchement !

L’après-midi était très fun avec un nouvel ami très coquin et taquin en même, il n’est pas vieux mais j’adore ceux qui font sourire les gens tout en restant sérieux et explicite dans leur prise de parole. Je vous souhaite alors la bienvenue à Gurunanak Roller Flour Mills(P) LTD.

Gurunanak est une entreprise familiale de fabrication de farine industrielle pour les biscuiteries citées plus haut(Britannia et Parle) depuis 1985 et qui se partage entre 4 associés.Elle emploie une main-d’œuvre autour de 90 salariés.

Ils fabriquent de la semoule mais aussi la poudre servant aux biscuits.

La transformation est divisée en plusieurs sections :

-Cleaning section : totalement manuelle, elle permet le lavage des graines par la washing machine weed. Ensuite la Pre-Cleaner Machine permet d’enlever certaines grosses impuretés comme les cailloux,les épluchures…La Cocklecylinder permet elle, de rejeter toutes les graines noires du blé enfin le Destoner sépare les éléments rugueux de la surface des graines de blé et le Magnetic Destoner trie toutes les petites impuretés(cailloux surtout) ;

-Drying section : permet de pré-sécher les graines, pour ensuite les moudre plus facilement

-Grading section : Un moteur unique contrôle tout le classement entier du blé ,la PlantSchifter est une machine composée de 72 planches en guise de tamis pour la farine brute .La Brand Lighter est la machine qui permet de purifier la farine. Ils reçoivent près de 150mt/jour soit une production de 7tonnes  de farine par heure tout confondu (semoule, farine de pâtisserie).

Ils font des tests  de moisissure (30% maximum), de gluten(9% sur les biscuits, 10%sur la pâtisserie et 9% sur les semoules et les pâtes), de qualité de la farine(24% minimum),de germes, d’acidité, d’huile…

Pour cette visite si explicite et importante, il ne fallait surtout pas oublier son sourire chez-soi,il fallait apprendre à sourire dans n’importe quelle circonstance.  

Une fois rentrés à la Guest House,il fallait ranger nos chambres et terminer le compte-rendu des visites pour Dr Chopra mais comme l’Inde est incroyablement imprévisible, nous avons été invités par nos jeunes amis(Atol Singh et Abjey).A peine les avoir rencontré, ils nous firent confiance et découvrir leur monde(milieu de vie, famille, amis).Nous marchions durant cette nuit étoilée suivant le sentier que traçait nos guides juste devant nous.  Les parents étaient ravis de nous voir, de nous accueillir et de nous proposer leur belle gastronomie qui était en faite enrobée de cultures et d’histoire.

 Après cela, nos amis nous prêtèrent leur clé wifi (pour toute la nuit) sachant que ça faisait 3semaines que je n’avais point de nouvelles de mes parents et amis. Je fus ravie de ce geste.

Une fois à la guest house ce fut la fête des chats et la pluie de messages jusqu’au moment où, Mohamed n’ayant plus aucun débit(réseau),fit débrancher et rebrancher la clé de connexion et là plus de connexion pour personne, rien, nada, zéro…Je ne vous raconte pas la baffe de râles  qu’il s’est pris de la part de Rachel et Nelson(moi, je reste zen car au moins j’aurai appris ce qui est vraiment essentiel et surtout vital quelque part ailleurs où les mers se touchent).

A 1heure du matin sans wifi, tout le monde est parti se coucher, moi je continue ma lessive et fit ma petite valise pour Dehradun(Capital de l’Etat d’Uttrakhan) le lendemain.

Jour20 :Let’s moove

A 8h15 un convoie de deux voitures vint à nous avec à son bord, Dr Anil Kumar et son épouse, Bupish et nos deux chauffeurs.Aprés avoir pris nos lunch-packet et fait connaissance avec nos différents accompagnants nous.

partions déjà. Après 11heures de route nous arrivions enfin à Dehradun, précisément à la Guest House.

Après une heure de repos nous partions (Bupish,Nelson,Mohamed et moi) à la grande ville de Dehradun faire le retour du marché et acheter du maïs grillé sur le chemin. Au retour la voiture fut bien animée avec les différentes chansons indiennes. Le dîner fut très différent de ceux que l’on nous présentait à la Lambert Guest House (poulet rôti avec des œufs durs frits dans l’huile après avoir trempé dans de la farine).C’est exquis !

2heures de wifi s’en suivent et nous voilà dormir des petits bébés :) 

Open your ears and close your eyes

Cette fois-ci je montais, plus haut que  la hauteur de mes yeux, plus étendu que le blanc du regard innocent enfantin.

Je sentais mon abdomen, nouer toutes mes envies lorsque mes pieds ne touchèrent plus toucher le niveau terrestre qu’ils ont toujours frôlé. Ce spectacle m’étonnait, à tel point que je compris pourquoi l’on se sentait mal quand d’autres nous regardent de haut. En réalité ils ne voient qu’un point noir négatif qui cache tout ce qui est humain. Dans mon cas, je ne voyais pas les gens de haut mais la nature et la verdure qui, emplissaient mes yeux de belles images. Mais je voulais, pour une fois, ressentir ces effets cachés dans mon ouïe  lorsque mes yeux se refermaient à la brise déchainée du vent ! Faites de même, apaisez le regard pour laisser les oreilles apprécier les bruits et les couleurs invisibles depuis les collines de Muusuri !

 

Jour21 :Lost somewhere in moutains

Aujourd’hui est spécial journée tranquille, bien sûr il fallait jouer les touristes comme des pros. Nous prenions de la hauteur, à la découverte de ces belles collines entre les frontières Népalaise et Indienne ; cette excursion se fit à MUUSURI.

Sur la route nous nous sommes arrêtés à Mahadev Temple (temple exclusivement réservé à Shiva).

Arrivés au sommet de la ville, les nuages qui défilaient nous cachèrent la vue. Mais ce n’est point grave, ça rajoute du fun à notre ballade. Un bon repas dans un restaurant punjab et c’est reparti pour la descente qui épuisa tout le monde. Sur la route nous nous sommes arrêtés à un point de baignade de l’eau du Gange, Mohamed et Bupish furent les seuls à défier l’eau et ils se firent beaucoup d’amis d’ailleurs. Un tour du lieu suffit largement pour découvrir les lieux et retourner à Dehradun.

Après un bon dînner du grand chef tout le monde se dispersa à la quête de la wifi,moi et Nelson sommes restés à parler avec mon nouvel ami,Tashi BUTHIA qui est venu de SIKKIM(frontière entre Chine et Inde) avec ses collègues pour faire une étude de végétation tout près de la Guest House.Nous avons rigolé comme jamais avec ses collègues et j’appris alors un nouveau mot en hindi,JAKKAS(SUPER).

I love so much INDIA!

Jour22 : Improvisation

Cette journée aura été entièrement improvisée. Déjà le matin nous sommes restés une heure à nous demander ce que nous allions faire.

Nous visitons alors le pôle de recherche  du gouvernement indien sur la sylviculture (FOREST RESEARCH INSTITUTE), visite assez brève et aussi surprenante de tout ce que ce renferme de richesses et d’histoire sur l’entretien des forêts en Inde. D’ailleurs le bâtiment est assez imposant pour montrer l’importance qui est accordée à cette section de recherche dont un grand musée aménagé pour le grand public.  

Notre retour à la Guest fut synonyme de départ car le professeur trouvait aberrant de nous faire payer 2000 roupies par personne chaque nuit pour un hôtel de si moyen renommé .Une fois tout réglé nous partions, j’étais triste de ne pouvoir dire au revoir à Tashi(j’essaierai de lui envoyer un message…Sniff…).

La route fut très longue et je comptais les secondes, les minutes puis les heures ; 12h, 13h, 14h, 15h, 16h et toujours pas encore de déjeuner juste quelques chips par ci et par là que m’offrait Lucky.

17h et enfin nous nous arrêtons pour manger (mais on s’était arrêté non loin avant pour réserver dans un hôtel non loin du Gange :Mother Tang Hotel).

Après ce déjeuner on dû prendre une petite route pour aller dans l’un des centres de yoga de l’entreprise Patanjali. Nous avons suivi une conférence de l’ami de Baba Ramdev ensuite avons parlé aux pèlerins venus faire du yoga gratuitement au centre.

Une fois avoir grignoté quelques sucreries typiques indiennes du nom de Jangri. Nous sommes allés faire un tour au Gange avant de rentrer à l’hôtel.

Jour23 :Pantnagar,nous revoilà !

Cette journée aura été exclusivement passée dans les voitures pour retourner à Pantnagar !

J’ai tellement hâte de revoir nos amis.

Jour24 :Un climat de liberté

Aujourd’hui nous partions avec Dr Sharma (il est si adorable), revoilà les contours du lac de Bhimtal,c’est si beau de voir défiler les petits canards !

De temps à autres quand les nuages se dégagent nous voyons la beauté que cachent les montagnes avec ses belles terrasses agricoles aménagées.

Enfin nous arrivons à destination, le grand Centre Horticole de l’Inde(ICAR) où cette fois-ci, nous avons bu une infusion de thym et non du chai, le goût de cette merveille m’emportait très loin au dessus des montagnes.

Ce centre horticole s’occupe de cultures fruitières mais aussi de légumes et de plantes aromatiques et a mis en place une division de protection des plantes, où, plus de 810 cultures sont étudiées.

Le laboratoire de pathologie essaye chaque année de résoudre les problèmes que rencontrent les agriculteurs sur leurs cultures comme c’est le cas pour les pommiers.

Les montagnes de l’Himalaya sont favorables à plusieurs cultures et les sols y sont différents d’un lieu à l’autre, et ayant une teneur en potassium particulièrement élevée estimée à  plus de 500Kg /ha.

Ensuite nous avons fait un tour au centre de recherche vétérinaire qui de 1890, IVRY CENTER.  

Au sein de ce centre, il y a 2 divisions : virologie et infection buccale.

Le centre se situait jusqu’en 1889 à Bombay, dès lors, après les premiers cas de peste ayant tués près de 1millions d’animaux, il a été déplacé pour des recherches car d’après Alfred Linguard(chercheur allemand) la peste était aussi présente en Afrique du Sud.

Aujourd’hui dans cet institut, les chercheurs sont capables de mettre au point diverses cartes de localisation des parasites pour éviter ainsi aux troupeaux des agriculteurs certaines infections.

Sur la route du retour je n’ai point manqué d’acheter des pommes de la montagne afin de goûter celles indiennes. Je peux vous dire qu’elles étaient drôlement juteuses.

Elle aura été agréablement surprenante comme journée car je ne m’imaginais pas avoir cette sensation de n’avoir point quitté la France et le Sénégal. Ainsi l’Inde était arbitre entre la France (froid) et le Sénégal (chaud), je m’y sentais chez moi.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Join Moveagri

Commentaires

This reply was deleted.

Lien pour créer un Blogagri ou le modifier?

Avant de te lancer, consulte des blogagris, en particulier ceux qui sont  en exclusivité (bandeau à droite)