Membres

Activité la plus récente

Icône de profilSilue, Marie Krdzalin et N'gotta Akissi Bénédicte se sont joints à Moveagri
Il y a 9 heures
Icône de profilMondeilh Sarah et Cassou Myriam se sont joints à Moveagri
Samedi
Discussion publiée par Vincent Rousval
Samedi
ARNAUTOU Chloé est désormais membre de Moveagri
Vendredi
ADMINISTRATEUR MOVEAGRI a répondu à la discussion Partenariat / stage de TISSIERES.
Jeudi
Icône de profilRicarrere, Matthias Pierson et barbiani se sont joints à Moveagri
Mercredi
Icône de profilAlexis molnar, Chelle Faudel, Joseph Billon et 2 se sont joints à Moveagri
14 janv.
Discussion publiée par Sylvie MALGORN
14 janv.

Hello,

Je m'appelle Juliette ROUSSEL, bienvenue dans mon histoire autour de la Croatie

Pour bien commencer un bon récit, il faut bien expliquer le comment du pourquoi, alors découvrez tous depuis le début.

Je suis Juliette Toulousaine de naissance, j'aurai 23 ans à mon départ pour la Croatie, après quelques erreurs de parcours j'ai enfin retrouvé la raison ,je suis revenue vers ma passion pour le vins. C'est alors qu'en septembre 2017 j'intègre  Inéopôle formation. Comme je suis en apprentissage, il faut bien avoir une entreprise, du coup direction Montauban et une cave en centre ville  (LA CAVE, très original, non ?). 

Je fais partie d'une classe de Technico commerciaux spécialisé en vins et spiritueux. Ce départ en Croatie est réalisé dans le cadre du MIL (Module d'initiative local) qui est dans notre formation une grosse partis des défis à relever pour finir le 3eme semestre. En gros nous partons pour nous défier nous même, connaitre un autre pays mais surtout savoir si on se sent capable de travailler autre part que chez nous, en France.

Notre école nous a organisé un départ imminent pour la Slavonie, une région du nord de la croatie, verte verte verte !

Plus qu'une destination de rêve, c'est pour nous une part importante de notre futur métier de commercial. "il faut toujours connaitre la concurrence !!" . Avec la mondialisation difficile de ne pas prendre en compte la concurrence mondial. 

Bref revenons à nos moutons…

Nous partons le dimanche 23 septembre pour une durée de deux semaines, le but de ce stage est de découvrir les techniques culturales du pays ainsi que les méthodes de commerces. 

Au programme:

  • Lundi 24 : passage a l'université polytechnique de Pozega. 
  • Du mardi 25 au vendredi 28 septembre : Travail sur le domaine de Galic.
  • Du vendredi soir jusqu'au dimanche 30 au soir: Week-libre avec une visite culturelle dans la capitale.
  • Du lundi 1 octobre au jeudi 04 octobre: travail sur le domaine de Galic.
  • Vendredi 05 octobre: passage à l'université polytechnique de Pozega.

Mais parlons plutôt de mon cas, c'est mon blog après tous… 

Comme je l'ai dit précédemment, je vais réaliser mon stage dans le Domaine de Galic qui se trouve sur la commune de Kutjevo. Je serais accompagnée de 3 personnes de ma classe (Marine, Vincent et Nicolas). C'est un énorme domaine en Slavonie. Vous le découvrirez en image dès que j'y serai, je vous les montrerai bien sûr. 

En ce qui concerne le Week-end de "liberté" j'aimerais beaucoup visité des parc nationaux près de Zagreb ainsi que des lieux un peu sauvage des terres avec des cascades naturelle. En faisant mes recherches je suis tombée sur des photos magnifique qui me donne envie d'y aller. On croise les doigts pour que je puisse y aller. 

Concernant le travail écrit, je viens de réaliser un dossier avant mon départ afin de mieux appréhender mon arrivée sur le sol Croate. Au cours de mes recherches, j'ai découvert un pays aux mille de richesses qu'elles soient au niveau des paysages, des coutumes ou encore de la langue (très compliquée soit dit en passant !)

Ce dossier exprime toutes les choses que j'attend de cette expérience, du pays mais aussi plus précisément de l'entreprise dans lequel je vais être accueillie. C'est un pas en avant dans la mobilité mais on ne va pas se le cacher c'est aussi un support d'examens. 

Je vous ferai part pas à pas de mon avancée, des choses que j'ai faite (les choses intéressantes, ce n'est pas un journal intime quand même) mais j'espère qu'à travers ce blog, je saurai vous donnez envie de réaliser des projets fous comme de partir travailler à l'étranger.

Euphorique, je suis tout de même sur la retenue, la découvertes d'un nouveau pays fait souvent cet effet

Mon aventure continue , à la prochaine :) 

Hello,

Aujourd'hui, pour bien aborder le voyage en Croatie, j'assiste à un cours de Croate. L'association des Croates en Occitanie va passer une demi-journée pour nous parler du pays, de la langue, … 

Agnès et Zdravko, nous ont préparé des cours ludiques pour apprendre la langue, sachant que c'est très compliqué. 

Je pense sincèrement que seul ces formules vont être utilisées et même ça c'est compliqué à prononcer. Rien ne ressemble au Français… mais on va y arriver, je vais y arriver !  

Pour aborder le pays, nous avons aussi commencé des dégustations de vins Croates, peu de satisfaction à l'issue de ce "tasting". Nous savons maintenant quels types de vins nous attendent au cours de notre périple.

Mon aventure continue , à la prochaine :) 

Hello,

Après quelques jours de doux stress pour les examens autour de mon départ pour la Croatie, voici venu le moment tant attendu de la découverte de la pochette d'aide au départ. 

Notre professeur nous a confié une pochette avec "les utiles" pour partir: un routard de la communication croate, un routard pour la découverte, une carte du pays ainsi qu'un document sur les éléments en cas de problèmes sur place.

Mais on va estimer qu'il n'y aura pas de problèmes :) 

Nous somme le 19 septembre et dans 4 jours c'est le grand départ… 

Je suis prête, euphorique, anxieuse, pleines de questions mais je suis prête… manque plus que la valise et on est "Ready to go".

Mon aventure continue , à la prochaine :) 

Le jour J-1

HELLO, 

nous sommes le 22 septembre, il est tant pour moi de faire mes valises, mais pour moi la journée va être longue, en effet la veille j'ai fêter mon 23-ème anniversaire. l'ayant fêter comme il se doit, c'est compliqué mais je fini ma valise en fin de journée. il est l'heure d'aller dire aurevoir au copain, je suis très proche d'eux du coup un repas, un jeux de belote. et après au lit. 

Finalement la nuit a durée plus longtemps que prévu… Tant pis peu de sommeil...

Mon aventure continue , à la prochaine :) 

Le jour J

HELLO, 

Aujourd’hui le dimanche 23 septembre, c'est le moment tant attendu. il est 5heures du matin et l'aventure commence.

5 :00 je me réveille, les paupières lourdes après seulement deux heures de sommeil… oui je sais qu'il fallait dormir. Bref. 

Dernière vérification, ma mère qui me rappelle tous ce qu'elle me répète depuis 1 semaine, papa qui, à moitié endormi, commence à sortir la voiture. 

Me voilà prête, il est 6 :00, une grosse valise, une valise de cabine, un sac à dos (plein) et un sac à main. On charge tout ça. Et hop le premier transport commence (30 min de voiture) direction l'aéroport de Toulouse Blagnac. 

6 :35 arrivée à l'aéroport, on retrouve les compagnons de voyage : Léo, ... Marine, … Vincent, … Léon, …  Déjà un fou rire, Eline et Nicolas ne sont pas là. 

Il est 7 :00, nos deux acolytes ne sont toujours pas là, les appels commencent, téléphone, Messenger, snap, ... tout y passe !  Mais rien.

Après cette bonne dose de rigolade, un petit tour par chez Paul, pour le petit déjeuner bien mérité pour notre petit groupe.

 

7h15 Marine réessaye, et là miracle Eline, tout endormie répond… fin de l'appel. On rit, fait des blagues en s'imaginant dans l'avion avec eux qui nous suivent en criant. 

7 :45 passage des contrôles bagages et bien sûr je sonne, c'est une grande habitude... Finalement juste ma ceinture que j'avais bêtement oublié d’enlever... Tout va bien, je me remet en route pour prendre mes bagages… une caisse passe, puis deux voilà enfin les miennes… mais où est ma valise de cabine ? on est reparti pour un deuxième contrôle, on m'ouvre la valise, sort mes affaires (soutiens gorge bien en vue, sinon ce n’est pas drôle), tout ça pour un déodorant à taille réglementaire… 

8 :15 : début de l'embarquement, toujours pas de Eline et de Nicolas ... Et tout d'un coup un visage familier, rempli de fatigue... Nicolas est en vue. Nos deux touristes sont enfin là. 

Je rentre dans l'avion des gens partout, une galère sans nom pour mettre les bagages sans y arriver, qui finalement se sont retrouvés auprès de Léon, beaucoup plus grand pour le mettre en hauteur. 

Après une bonne sieste d'une heure, on commence la descente vers Munich (notre première escale). 

Les péripéties continuent grâce à la séparation du groupe, les fumeurs et les non-fumeurs. Mon groupe composé de Léon, Eline et moi-même, commençont à chercher les autres, appel, texto et finalement une réponse sur le groupe Messenger. Vincent commence à nous faire un jeu de piste, et bien sûr la galère. Après dix bonnes minutes on les retrouve. On se retrouve autour d'un petit sandwich et ... Une bonne bière allemande. Pour ma part une boisson sans alcool et un sandwich typique au salami

Nous finissons par aller à notre passage de contrôle des identitées ...

D'un coup une sonnerie retentie, une petite voix : dernier appel pour le vol à destination de Zagreb, Croatie...

PANIQUE. On se regarde tous, on court ? ON COURT !!!!

On arrive à la porte, embarquement, bus et enfin décollage de l'avion, une heure plus tard on est enfin à Zagreb. 

Pas moins de 14 bagages et 7 sacs à récupérer

Et ce n'est pas fini... 

14 :00 on récupère les valises, on échange nos billets Euros en Kuna la monnaie locale. (1€ = 7,42 kuna) on a l'impression d'être riche :) 

Après, il faut trouver le bus pour nous amener au parc des bus.

Nous devons encore patienter deux heures pour prendre le dernier bus qui nous amènera à la destination finale.

Alors quoi de mieux qu'un passage en terrasse autour d’une bonne bière Croate, qui soit dit en passant, n'est pas super…Un jeu de cartes comme à notre habitude. Total environ 20€ de bières (12 bières) et une partie acharnée de président.

 

A l'avis général, le service n'était pas top, les premiers croates rencontrés ne sont pas très aimables, mais passons on est là pour voir le positif. 

17 :00 chargement des bagages dans la soute avec des frais supplémentaires, bref passons aussi ce passage d'énervements collectifs... 2H45 après nous voilà a POZEGA. 

20 :00 il faut maintenant marcher avec les 21 sacs qui composent notre gros convoi, pendant 20 min. 

Nous arrivons, à l’appartement loué pour les deux semaines de stage et comme c'est une journée galère, la personne qui doit nous ouvrir n'est pas la, un coup de fil et nous sommes en présence de Nicolas (le croate), un grand sourire, une amabilité sans nom. Bref il nous régale.

Voici donc mon lieu de vie pour les deux prochaines semaines.

Une fois installés dans ces charmants appartements, il faut maintenant manger, la faim de tout le monde commence à énerver les troupes. On arrive et on repart. Comme bon touriste qui se respecte on commence par un repas 100% … non local. Premier repas PIZZA plutôt bonne et une addition qui nous fais bien rire. Comme à notre habitude, un petit tour au bar du coin juste pour voir le type d'ambiance. Pour ma part, une petite pina colada bien sympathique pour finir cette journée éreintante 

Après un retour tôt, une bonne douche s'impose, non pas par saleté mais par besoin. C'est enfin à 23heures que je pause mon corps fatigué sur le lit, le bonheur d'étaler mes jambes sur le lit, de me rouler dans la couette. Les bouchons d'oreilles sont mis, une bonne nuit peut commencer.

Mon aventure continue, à la prochaine :) 

 

Jour 1: Sur place

HELLO, 

Aujourd'hui premier réveil en Croatie, réveil à 8h30 franchement sans problème. Je suis tellement contente d'être là que la journée s'annonce plutôt bonne. Marine me dit qu'il faut que je me lève, on va pas tarder à prendre le premier petit déjeuner collectif.

Motivée, je prends de jolis habits afin de faire la meilleure impression possible auprès de l'école. j'ouvre les rideaux, regarde le temps et là déception… Il pleut des cordes, aller on est repartis pour le changement vestimentaire. On est contents, on est heureux. 

Un bon petit déjeuner accompagné de céréales baptisés nounours. Et vite on doit y aller, à peine le temps de me brosser les dents qu'il est déjà 10h30, l'heure de partir à pieds pour l'université. 20 min de marche c'est largement faisable même de bon matin. 

Nous avons rendez vous à 11 heures pour rencontrer Barbara et Josip nos responsables sur place. 

Une petite femme blonde, souriante et parlant très bien anglais ainsi qu'un homme qui a l'air d'avoir beaucoup d'humour.

C'est le moment de se réunir  avec Barbara pour parler du programme et des derniers détails des deux semaines à venir. C'est autour de Josip de nous prendre sous son aile. 

C'est reparti , un petit tour en transport qui cette fois ci convient à tout le monde, on est bien assis ! Il nous amène a Kutjevo, la ville dans laquelle se trouve nos stages respectifs, pour ma part le domaine de Galic. On passe devant le domaine qui est déjà très impressionnant, juste par sa façade. 

Oui je sais, ça pique les yeux … 

Après avoir vu nos lieux de stage, Josip nous amène sur le domaine de l'école afin de nous faire découvrir les vins qu'ils font. Nous voici arrivés sur les hauteurs du vignoble. Une vue à couper le souffle.

Une vue interminable sur une contrée verdoyante, qui me fait même bugger quelques secondes. Avec une petite photo pour se rappeler à quel point nous sommes petit au milieu de ces étendues. 

Après ce moment d'extase sur la vue, des explications s'imposent de la part de Josip, avec un petit cours sur les cépages, l'altitude, les techniques, …  

C'est maintenant le temps de rentrer, car ne l'oublions pas il fait frisquet ! 

Bienvenue dans une salle de cours avec la meilleure vue que je n'ai jamais eu dans mes précédentes école. Il nous explique que certains élèves suivent des cours spécifiques ici au cœur du domaine. Juste derrière il y a le chai, c'est ce que l'on appelle vraiment "apprendre au cœur d'une entreprise"

Une ou deux petites blagues et quelques explications sur les cours, nous voilà au chai de vinification. 

Sur le domaine de 7 hectares, ils vinifient tout sur place. A peine rentré, on nous fait passer un verre et un crachoir. C'est parti pour une dégustation directement à la cuve. 

Première dégustation les pinots blancs, 6 petites cuves, pour 6 levures ciblées différentes, l'intérêt est de connaitre les différents changements du vin face à telle ou telle levure. Ce que j'apprécie c'est l'acidité, j'aime beaucoup l'acidité dans les vins blancs, mais malheureusement je ne trouve pas beaucoup d'arômes fruités.

Deuxième dégustation, les Grasevinas (c'est le cépage le plus important de croatie, environ 26% de la production totale)  , toujours dans le même principe avec des grappes de même parcelle mais avec des levures différentes. Cette fois ci Josip nous laisse 6 cuves à disponibilité. je commence alors la dégustation dans l'ordre, enfin je crois que c'était le bon ordre en tous les cas c'est celui que j'ai choisi. 

En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé la cuve 3 ainsi que la 4. La numéro 3 a plus à tout le monde, un très bon équilibre, une vivacité très appréciable même si le vin n'est pas fini. La numéro 4 a fait beaucoup moins l'unanimité, puisque seulement Léon et moi même l'avons apprécié, des notes légèrement amers, avec des notes automnales que j'aime beaucoup.

Pour finir les dégustations, nous passons en cuisine et là une bouteille fraiche de vin blanc doux, du muscat. Petit goût de litchi, dans le même style qu'un saké français. Peu a mon goût mais je respecte le travail d'autant plus que mes collègues aiment bien. 

Après toutes ces belles découvertes et un dernier regard sur le domaine et la vue, on repart vers Pozega. 

il est 14 heures et la faim se fait sentir, direction… le magasin, premier tour dans les markets croates.

Des courses menées par des garçons, c'est très légèrement CATASTROPHIQUE. malgrés une bonne rigolade, d'autant plus avec une caissière qui ne parle que le Croate et qui parle beaucoup trop. Aucune compréhension, ni d'un coté ni de l'autre. 

Après le retour pesant (les courses), il est temps de prendre une douche bien chaude, de vous oublier mon récit de la journée et d'aller au lit. Oui je n'ai pas mangé mais la fatigue a trop pris le déçu. 

Demain réveil a 5h30, … ça va piquer ! 

Mon aventure continue, à la prochaine :) 

Jour 2: Premier jour a Galic

HELLO, 

Aujourd'hui nous sommes le mardi 25 septembre, c'est notre premier jour au domaine de Galic.

Pour la petite histoire, le domaine a vu le jour en 2008 grâce au travail de Galic Josip. ils ont crée il y a moins d'un an, une nouvelle cave (winery). C'est le bâtiment que je vous ai montér précèdemment.

Il travaille actuellement 3 300 Hl. Et il les valorise sur 4 types de cuvées, rouge, rosé, blanc et vin de paille. Sur l'ancien bâtiment, une équipe travaille sur la mise en bouteilles et l'étiquetage. c'est une petite équipe qui s'occupe aussi du ménage et de l'entretien de la nouvelle cave.

Les péripéties de mon voyage continuent.Il est 6h30, nous rejoignons Josip notre responsable à l'université, pour qu'il nous amène sur le domaine. Il dépose tout d'abord le groupe sur le domaine de kutjevo, puis arrive notre tour, nous avons la joie de découvrir le domaine de plus près mais avec des grilles fermées. Les premiers coup de fil commencent pour savoir où nous devons aller, pour rencontrer notre responsable sur le domaine. 

Nous partons sur le deuxième lieu de l'entreprise avec le bâtiment le plus ancien.

Il est 7h30 Josip part, pour nous laisser en compagnie de 6 personnes, froides, qui ne nous prêtent même pas un bonjour. Nous nous retrouvons donc dans un vieux bâtiment, sans savoir quoi faire, ni à qui nous allons avoir à faire. C'est alors que nous devenons 4 lions en cage, on tourne, on tourne, on essaye de trouver quelque chose à faire mais en vain.Une des six personnes se met à travailler,  miracle après 4 cigarettes et un goûter. C'est alors que nous devenons des gènes pour le "travail". je décide donc de sortir, avec Marine, au soleil puisque le temps est plutôt glacial. Les garçons nous rejoignent enfin, nous ne comprenons pas. après un coup de fil à notre référente en France.. 


Il est 8h, un jeune homme (environ 26 ans), arrive en voiture orange rouillé, descend , nous dit bonjour (enfin quelqu'un de polie). c'est la personne que nous attendions avec impatience. Il se présente à nous, s'excuse une centaine de fois.. il nous avait oublié.. voyant que cette homme est d'une gentillesse sans nom, nous nous calmons. Je le sens , il nous mettra dans les meilleures conditions possibles pour être au mieux dans l'entreprise. Je relativise et nous revoilà en route pour Galic. 

La visite commence, des étoiles pleins les yeux à la découverte des merveilles qu'offre ce domaine. Je vous laisse voir par vous même et encore ce ne sont que des photos.

Des cuves en béton, en inox, des barriques françaises,... impressionnant vraiment.

Vision quand on rentre dans le bâtiment 

c'est un chai qui me laisse sans voie, je ne cesse de prendre mon téléphone pour immortalisé ce moment.

1 heure 30 de visite tout y passe, le laboratoire, les bureaux, la salle du café, les pressoirs, le lieu de stockage, les coins "PAUSE". 

Après toutes ces douceurs pour les yeux, il est temps de travailler, il nous sépare en deux groupes.. les garçons partent avec lui pour déplacer des fûts, le responsable Stejpan nous laisse dans la salle de repos en nous disant qu'il revient bientôt… 

Cela fais maintenant 1 heure, deux cafés et deux sandwichs ,  que nous attendons, il est temps de se créer du travail. Marine trouve une idée lumineuse, je me mets dans la peau du caméraman, nous allons faire un reportage en Anglais avec une présentation de tout le bâtiment. moment de folie avec plein de scènes ratés. Quel bon moment qui a bien duré 2 heures..  

Après toutes les pauses syndicales que les employés prennent et le moment de tournage.Notre responsable nous rejoint, il nous explique que les garçons sont partis au vieux bâtiment pour faire la mise en bouteilles… OK, très bien. Mais nous alors ? Il nous amène dans le laboratoire, c'est le moment de faire des analyses du vin, 10 au total. 

Le principe est d'aller chercher des échantillons en cuve, les filtrer, , les mettre en tube à essaie et c'est parti pour les tester avec une machine à la pointe de la technologie, cela calcul les taux d'alcool, le PH, le sucre,... 

C'est un bon moment pour moi, qui n'est jamais fait de test .Il nous a laissé la possibilité de le faire nous même, après une bonne démonstration bien sûr. 

Après çà, il est temps de "smell", sentir les vins pour savoir s' ils ont besoin d'ajout d'azote (nourriture pour une meilleure fermentation des vins). 

Première cuve, il nous fait sentir, sent à son tour. Nous faisons un débrief qui s'avère positif, pas besoin d'azote. Il comprend très vite que notre nez est "bon" et qu'il peut nous faire confiance sur le choix de mettre ou non des levures.Me voila partie vers la première cuve de rosé, j'ouvre le chapeau, sent les vapeurs qui remontent… une odeur de banane et d'œuf pourri remontent, c'est le signal, il faut faire un ajout d'azote. Je reviens vers le responsable, il m'explique la dose à mettre (10g pour 1hecto). me voilà partie au laboratoire, un seau, les levures sèches d'azote, on calcul et hop je redescends.Il me faut la moitié d'un seau pour activer ces levures sèches je touille, je touille (ma main est gelée, le vin est très froid) une fois ce processus fini, je remets le vin et les levures en cuve. 

On renouvelle le processus pour différents vins : smell, levure, on touille, et on remet en cuve.

Nous avons aussi calculé le taux de sucre dans le vin pour connaitre le stade d'avancement de la fermentation, on a pris du vin en cuve, inséré un bateau de calcul et vérifier le taux. 

Il est 15h30, (on devait finir à 15h), mais pas grave la dernière heure a été très intéressante. Nous allons chercher les garçons dans l'autre partie du domaine.Ils sont un peu énervés par leur journée. Je vous laisse comprendre pourquoi sur le blog de Vincent Bilhac.

Retour à la maison, dans la voiture de notre super pilote, Stejpan. Et oui nous avons la chance qu'il nous amène et nous ramène chez nous.Tous les jours, pas besoin de prendre le bus, YESSS!

Nous retrouvons l'autre partie de notre grand groupe, c'est le moment du grand débrief mais pas le temps de traîner, il faut que je trouve un magasin de téléphones. Eline et Léon m'ont cassé mon film protecteur du téléphone… il faut que j'en remette un, allez c'est la course, on regarde partout, oh un magasin. on rentre, il y a plusieurs  personnes en attente, ça sent la galère.Effectivement plus de 30 min d'attente. 

Effectivement c'est long, Léon peine à rester assis, la journée à été longue… 

Beaucoup de monde arrive, je repère un monsieur d'une cinquantaine d'années qui me parait suspect, en effet il essaye de passer devant tout le monde. Hors de question, je me place devant lui, et au moment ou il gruge, je passe devant. J'y vais au culot, on en a marre d'attendre. 30 min d'attente pour m'entendre dire qu'ils ne font pas ce modèle de téléphone. on est reparti pour une galère sans nom… Je demande alors de l'aide, un nom hyper compliqué, je n'ai quasiment plus de batterie, la galère..

On finit après 15 min par trouver un magasin, en train de fermer, mais un petit regard et il nous donne ce dont j'ai besoin. 

La galère est enfin finie, on a maintenant une faim de loup on part au restaurant. Pour ma part une sorte de cordon bleu maison et des croquettes de pomme de terre. 


Ma journée est finie, me voilà dans mon lit, au chaud, devant un petit film pour m'aider à dormir, demain le réveil sera plus doux, nous partons a 7h50. 

Mon aventure continue, à la prochaine :) 

Jour 2: c'est partie pour le travail  à Galic

HELLO, 

Aujourd'hui nous sommes le mercredi 26 septembre, je commence cette journée par un réveil oublié, enfin rien de grave Marine me réveil. Je m'habille vite, un coup de maquillage, un petit bol de céréales, brosse à dents et c'est déjà l'heure de partir, le sac à dos sur les épaules. Et hop on grimpe dans la voiture. Direction le domaine. 

8h25 arrivée au domaine, stejpan nous explique qu'il attend des gens importants ce matin pour une dégustation et il ne sera donc pas souvent présent, rien de grave on commence la journée. 

Il nous amène sur une cuve de rouge, il faut vider le jus avec une pompe pour faire un transfert dans une autre cuve, cala nous a pris à peu près 1 heure environ. Entre temps les garçons préparent les palettes pour une commande. Chercher les vins, mettre sur palette et filmer. 

Avec Marine, on continue notre travail de pompage du vin, un peu d'autonomie, ça nous fait du bien de réellement travailler. 

Fin du pompage, un employé entre,  ouvre une des portes pour que les derniers jus sortent plus vite. Maintenant place au décuvage, il s'agit de retirer le mou (jus + partie solide, le marc), la drôle de galère commence. Mais "nema problema" (pas de problème) pour notre équipe de travailleurs acharnés.

 

Un des employés (qui ne parle pas Anglais), dépose un grand bac pour vider le mou et part sans un mot, à l'avis général il est allé chercher des outils, 10 min, 15 min, 20 min, ... toujours rien. Il a dû partir en pause pour la 3 ème fois de la matinée. 

"Les Croates sont comme des Antillais, le sourire en moins (Doucement le matin et pas vite l'après-midi)."

Prise d'initiative, nous commençons à vider la cuve de son mou (enfin les garçons, j'étais l'inspecteur des travaux finis surtout), à la main puisque le seul outil que nous avons trouvé est une pelle pour les balayettes à main. 

 

Quand soudain, l'un d'entre eux arrive. Pas celui le plus chaleureux bien sûr, mais bon passons. En faites non puisque le regard désapprobateur est bien au rendez-vous. Un air bougon, énervé, … On avance le travail mais ça ne convient pas. On n’a pas tout compris mais tant pis, les garçons continuent. 

Voilà enfin le retour de notre boss, stejpan, lui aussi un regard un peu spécial, mais il a compris qu'on voulait bien faire les choses. Il était même désolé que nous nous soyons sali à cause de l'absence de matériel. 

Stejpan est super avec nous et essaye de nous intégrer dans le travail, cependant les personnes qui travaillent également au chai sont peu loquace puisqu'ils ne parlent pas Anglais, mais aussi ils n'ont pas l'air d'apprécier que l'on fasse leur travail. Nous sommes là pour travailler mais l'accueil de certains ne nous ravi guère.  

C’est l'heure d’une petite pause pour nous, rendez-vous à la cuisine pour se préparer un bon plat de pâtes collectif. Mais cette mission est annulée, quand je cherche, sans trouver, une casserole et une passoire. Mes recherches n'ayant pas abouti à un bon résultat, on décide d'aller à l'épicerie pour chercher de quoi faire des sandwichs. Entre temps, nous voilà entrain de déguster une charcuterie locale, du porc avec des épices sous forme de saucisson mou. Dur à expliquer mais loin d'être mauvais. 

A notre retour de l'épicerie, c'est repas en plein air, sur le quai de chargement, très bel endroit n'est ce pas ? Avec des aliments pas fameux notamment un gouda avec un goût de paic citron. Relativisons, on mangera à la maison…

Après près d'une demi-heure nous récupérons notre poste sur cette cuve, direction le pressoir afin de récolter le maximum de jus. Le mou c'est fini, après cette étape jus et marc seront séparés.

Mais comme une bonne nouvelle n'arrive jamais sans la mauvaise qui suit, le début du pressage arrive et s'arrête presque immédiatement, je n'ai pas trop compris pourquoi, on se retrouve donc comme 4 touristes, devant un pressoir qui est éteint et tout le monde qui est parti. Proposition générale après 15 minutes d'attente, café ? CAFE ! on sort pour le boire et qui voit-ont ? Tous les employés. Du coup pause collective. 

On tourne en rond pendant un moment jusqu'à une proposition de stejpan  Les tests du vin, dégustation en cuve et dégustation des vins en bouteille. YOUPI c'est ce qu'on attendait pour enfin connaitre les vins du domaine. 

Nous commençons les tests vers 15 heures, mouvement de toute l'équipe, chacun son flacon, chacun ses cuves, on ne nous arrête plus ce qui fait rire notre chef et son collègue. Ce sont les mêmes que la journée précédente. 

Juste après cela dégustation à la cuve, chacun son verre, on fait la tournée des cuves, les blancs (grasevina, chardonnay et sauvignon) et les rosés (merlot, cabernet). Après 18 cuves en pleine fermentation c'est le moment de déguster les bouteilles finis, direction le salon lounge, pour une dégustation un peu plus "officielle". 

Les choses dégringolent : 

Dans la journée nous avons dit à notre référente en France, que nous nous étions beaucoup ennuyés dans la matinée puisque stejpan n'était pas là et que les employés ne voulaient pas que l'on travaille. En discutant avec elle, nous voulions faire remonter ces informations auprès de l'entreprise, mais avant cela parler directement avec notre chef. Mais pas le temps de le faire, l'école a déjà fait remonter les informations. Moment de malaise quand le big boss débarque en pleine dégustation, l'air agacé, limite colérique, tend le mail à stejpan qui change radicalement de visage. Il ne comprend pas trop ce qui se passe. PS: nous ne connaissons pas le contenu du mail venant de notre école. C’est dans ce genre de situation que la barrière de la langue et de la culture prend tout son sens.

La dégustation se finit dans un climat très froid, c'est le moment pour nous de lui parler pour lui dire le comment du pourquoi de ce mail. C’est alors que dans la voiture, nous tentons une approche amicale, l'explication est plutôt sympathique, nous nous sommes compris. Un compromis avec un passage à la vigne demain matin. 

Stejpan nous explique qu'il a vu du potentiel en nous et c'est pour cela qu'il voulait nous garder au chai. Il pense que l'on peut apprendre pas mal de choses avec lui et que l'on peut vraiment s'amuser à travaillant en cuverie, surtout pendant les vinifications. C’est un joli compliment qu'il nous a fait. 

On s'excuse mille fois de la réflexion que son chef a pu lui faire puisque nous ne le lui en voulions pas à lui, seulement à l’organisation prévu pour nous. 

Nous sommes arrivés chez nous à 16h45, un dernier mot a stejpan la journée est terminée. 

Pour ce soir le repas va être simple, resto. 

Il est maintenant 23 heures, je tombe de fatigue, je vous souhaite une bonne nuit et à demain :) 

Mon aventure continue, à la prochaine :) 

Pour des soucis de place sur ce blog, je vous laisse allez voir la suite de mes aventures sur le second blog intitulé: work experience in Coatia partie 2

 

 

 

 

 

Vues : 269

Commenter

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Moveagri

Commentaire de DELMOTTE MAUGEAIS le 18 septembre 2018 à 11:44

Bon voyage

Si tu reviens bilingue croate/français.....bravo. Si tu connais quelques mots, ce sera déjà très bien.

A bientôt quand vous serez sur place...

Commentaire de Juliette Roussel le 15 septembre 2018 à 12:07
bonjour, du peu que je connais de cette entreprise, je ne pense pas qu'il fasse cela. cependant une fois sur place, je peux te donner une réponse plus précise.
Commentaire de Julien Maitre le 15 septembre 2018 à 11:45

Bonjour j'aimerais savoir si en Croatie votre structure d'accueil effectue des actions de gestion de l'environnement ( abattage d'arbre potentiellement dangereux,...), je suis actuellement en bac pro des milieux naturels et je recherche avec mal une structure  à l'étranger pouvant améliorer mon expérience professionnelle.

Dans l'attente de votre réponse je vous prit d'agréez mes sincères salutations!

Julien Maitre.

© 2019   Créé par ADMINISTRATEUR MOVEAGRI.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation