Bom dia a todos !

Me revoilà, plus bronzée, parlant un peu portugais et prête à vous raconter la suite de mon histoire !

Et c’est aujourd’hui que je vais vous présenter un nouveau visage du Portugal…

En effet, quand je suis arrivée ici, j’ai fait la rencontre du froid et de la pluie. Mais ces dernières semaines c’est le soleil, la chaleur et les coups de soleil qui m’ont ouvert les bras !

Qu'importe ! Car, qui dit soleil au Portugal, dit fête ; sardines grillées, danse et musique portugaise... Expérience que je vous déconseille fortement de rater. Surtout faites bien attention car vous risquez de vous faire embarquer pour partager un moment de danse avec les villageois. 

Sardines grillées

Parlons peu, parlons bien, il m’arrive de travailler aussi parfois !

D’ailleurs, c’est le temps idéal pour voir des vautours sur les stations d'alimentations (vous vous souvenez n'est ce pas ?).

Vautours fauve et vautours percnoptère sur une station d'alimentation

Je réalise également de nouvelles activités :

  • La surveillance des nids de différents rapaces important dans la réserve : le vautour percnoptère (Neophron percnopterus), l'aigle royal (Aquila chrysaetos) et l'aigle de Bonelli (Aquila fasciata). En effet, en ce moment, c’est la période de nidification pour ces oiseaux ! Il faut donc veiller à ce que les nids soient bien occupés, qu’ils ne soient pas tombés, le nombre de petits… Une activité autant passionnante, que fascinante.

Du beau temps et une bonne paire de jumelles : l’idéal pour surveiller les nids

  • Le suivi des proies de l’aigle royal, du hibou grand-duc (Bubo bubo), de l’aigle botté (Aquila pennatus) et de l’aigle de Bonelli. Le principe est de suivre un itinéraire précis, appelé transect, et de repérer les différentes proies grâce aux éventuelles traces de présence, ou à l'identification au chant. 

Un dortoir de lapin de garenne

Cependant le temps ensoleillé est une moins bonne nouvelle pour les incendies… En effet, débute pour moi une activité qui durera jusqu’à la fin de mon stage : la surveillance des feux. Activité qu’on peut trouver ennuyante, mais qui est très importante !

L’année dernière entre le mois de janvier et le mois d’octobre c’est 442 000 hectares de végétation qui ont brûlé et 16 900 départs de feu qui ont été recensés. Je pense que vous comprenez la gravité de la situation...

Mais pourquoi ennuyante ? Vous devez tout simplement rester 4 heures, à un point précis, pour surveiller l'éventuelle présence d’un début d’incendie. Cela peut faire peur dit comme ça, mais je vous assure que c’est moins terrible que ça en a l’air ! Dites vous plutôt que vous avez 4 heures pour lire, regarder des films… et pourquoi pas même prendre un bain de soleil.

Je vous retrouve début août pour vous raconter la dernière histoire de ma petite aventure… enfin si d’ici là je ne me suis pas retrouvée dans un incendie !

Vues : 172

Commenter

Vous devez être membre de Moveagri pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Moveagri

Commentaire de DEGACHE le 16 juillet 2018 à 20:58

Bravo et merci Camille pour ce beau récit. On se régale à te lire. Ton regard positif sur toutes les missions qui te sont confiées nous réjouit et tu sais très bien transmettre tout ça. Bonne continuation. Au plaisir de te lire à nouveau.

Commentaire de Helena Antunes le 9 juillet 2018 à 11:33

No! Tu dois écrire encore avant de ton départ! Tu écris très bien! Tu vas gagner le prix de meilleur blog ;)

© 2018   Créé par ADMINISTRATEUR MOVEAGRI.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation